La désobéissance : Nous sommes conditionnés, dès notre plus jeune âge, à obéir

Laurence Baïdemir/ février 22, 2019

désobéissance

La désobéissance :

Nous sommes conditionnés, dès notre plus jeune âge, à obéir. Obéir à des règles sans douter de leur bien fondé, obéir à nos parents sans contester leur autorité, obéir à nos instituteurs sans remettre en question leurs enseignements… Il est vrai que certaines règles existent pour notre bien être, mais est-ce le cas de toutes ces règles ? En effet, quelques fois cela ressemble davantage à un conditionnement, à un enfermement de notre être.

Bien souvent, nos parents instaurent des règles afin qu’on leur ressemble, nos institutions rédigent des règles pour nous maintenir dans des cases, nos écoles écrivent des enseignements pour diriger notre attention dans un seul sens, nos religions posent des règles afin qu’on évite de chercher notre propre Vérité. Au final, tous ces codes sont des cages dorées, nous pensons que ces limites nous rendent bons, meilleurs, que cela fait de nous des êtres humains, des gens civilisés, alors nous obéissons tels des robots. Souvent, même lorsque ces règles nous paraissent insensées.

Et gare à celui qui se rebelle, qui refuse d’entrer dans la case, il est très vite marginalisé.

Pourtant, qu’est-ce que la désobéissance, si ce n’est l’affirmation de ce que l’on est ?

Cela fait-il de nous de mauvaises personnes lorsque l’on refuse des lois qui nous semblent folles ?

Devenons-nous des délinquants quand on met à mal des règles irrespectueuses pour l’Homme et la Terre ?

La désobéissance, lorsqu’elle est réfléchie j’insiste bien sur ce point, est une preuve d’intelligence et de bon sens.

Une personne qui sait remettre en cause ce qu’on tente de lui inculquer, est une personne qui sait écouter ses ressentis, son cœur.

Ne pas être d’accord c’est s’affirmer, se démarquer de la masse souvent aveuglée, c’est tout simplement réfléchir afin d’adopter un point de vue personnel. Bien entendu, je parle ici de la désobéissance intelligente, celle qui brise l’enfermement de l’être pour le plus grand bien de tous. C’est par cette opposition que la société évolue.

La désobéissance n’est pas une lutte, bien au contraire.

C’est simplement être qui l’on est, ce n’est que lorsque nous n’écoutons pas notre intérieur afin de rentrer dans une case qui ne nous ressemble pas que nous luttons. Alors nul besoin de se battre, de sortir les armes, restons simplement qui nous sommes et écoutons la voix de notre cœur.

Je termine par cette phrase de Jiddu Krishnamurti : « Ce n’est pas un signe de bonne santé que d’être bien adapté à une société profondément malade. »

Source : page fb Emilie -Soin et Guérison

Livres conseillés, cliquez sur l’image:

Notez cet article

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
*
*