in

Elle était belle, la maison d’Edgar, avec ses trois lucarnes, sa porte de chêne…

Partager sur les réseaux sociaux

« La maison d’ Edgar

Elle était belle, la maison d’Edgar, avec ses trois lucarnes, sa porte de chêne, sa galerie blanche qui courait tout autour. Edgar s’aperçut que la galerie était endommagée.

Que faire ?

La réparer, attendre, la remplacer ?

Annonce

Puis l’eau se mit à entrer par le toit, à s’infiltrer dans les lucarnes. Edgar, toujours, hésitait ; les réparations, ça coûte cher ! Et voilà que même la porte de chêne se défraîchit et se crevassa comme une vieille peau.

Finalement, à force d’hésiter, de se demander s’il réparait ou non, s’il y tenait ou non, Edgar finit par n’avoir plus sur les bras qu’un taudis.

Au point de départ, ce qui a fait défaut chez Edgar, c’est qu’il n’avait pas pris la décision de garder sa maison et de la sauver, au besoin, par un entretien régulier.

Les relations humaines, c’est comme la maison d’Edgar…

Que ce soit entre conjoints, entre amis, entre compagnons de travail, on s’aperçoit un jour que la relation a été abîmée par tel mot, puis par tel geste, puis encore par tel oubli.

Et si on n’y prend garde, on se trouve avec une relation complètement détériorée, brisée, irréparable.

L’entretien quotidien d’une relation passe nécessairement par le pardon… presque quotidien. Mais à la base du pardon, il y a une décision d’aimer : « J’estime à ce point cette relation que je suis prêt à y mettre le coût, le temps qu’il faut pour bien l’entretenir. »

En régime humain, aimer, c’est nécessairement pardonner.

Annonce

C’est entretenir et réparer les relations qu’on abîme si facilement par des mots, des maladresses, des omissions.

Mais n’oublions pas surtout qu’à la base du pardon, il n’y a pas d’abord le respect d’une loi ou un calcul humain, mais un amour de l’autre et un désir intense de garder et d’intensifier notre relation avec cet autre. »

Le pardon ne change pas le passé, mais il élargit l’avenir.

Paul Boese

George Madore

Livres conseillés cliquez sur l’image ( liens affiliés) Image Pixabay

Publié par Teddy Tanier

Passionné par les poèmes depuis tout petit j'ai toujours aimé écrire seul dans la nuit quand la journée s'éteint. Car cette atmosphère me transporte et me fait voyager, elle m'inspire et me rassure. On peut encore rêver. J'aime l'art et particulièrement les livres c'est pour cela qu'Inspirant me permet de présenter des auteurs connus et moins connus pour faire partager ma passion et rendre hommage aux grands écrivains ou philosophes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

L’Amour est le salut, la félicité éternelle

Il y a certains êtres, qui vous émeuvent simplement par ce qu’ils émanent d’eux-mêmes…