in

Hannah Arendt:Je t’aime, tu le sais bien, comme au premier jour, et je l’ai toujours su même avant ces retrouvailles.

Partager sur les réseaux sociaux

Hannah Arendt

Image crédit : ARTE

Lettre d’Hannah Arendt à Martin Heidegger

Je t’aime, tu le sais bien, comme au premier jour, et je l’ai toujours su même avant ces retrouvailles.

Hannah Arendt (14 octobre 1906 – 4 décembre 1975), éminente universitaire et théoricienne du totalitarisme, rencontre le brillant philosophe Martin Heidegger en 1924, alors qu’elle n’a que dix-huit ans, en suivant ses cours à l’université de Marbourg. Entre eux commence alors une liaison mouvementée où se mêleront amour et philosophie, à un moment critique de l’histoire. Dans cette lettre, elle fait part de ses doutes et de ses sentiments à celui qu’elle aime.

Annonce

22 avril 1928

Que finalement tu ne viennes pas, je crois comprendre pourquoi. Mais une angoisse m’étreint, comme a pu m’étreindre, durant toutes ces journées, une angoisse soudaine, presque mystérieuse dans sa façon de survenir.

Ce que j’ai à te dire à présent ne consiste qu’à te brosser un tableau au fond très prosaïque de la situation. Je t’aime, tu le sais bien, comme au premier jour, et je l’ai toujours su même avant ces retrouvailles. La voie que tu m’as indiquée est plus longue et plus escarpée que je ne le pensais. C’est toute une vie qu’elle engage, et nombre d’années.

Quant à la solitude de cette voie, j’y consens librement, et c’est là l’unique possibilité de vie qui m’échoie. Mais l’esseulement que le destin a suspendu n’aurait pas seulement abouti à m’ôter la force de vivre dans le monde, c’est-à-dire hors de l’isolement, il aurait bel et bien obstrué pour moi le chemin qu’il faut se frayer dans le monde, et ce chemin est long, il ne peut se faire d’un bond. Il n’y a que toi qui sois en droit de savoir tout cela, car tu l’as au fond toujours su.

Et je crois que, même là où le silence est mon dernier refuge, jamais je n’en deviens pour autant insincère. Je donne toujours autant que ce que l’on s’estime en droit d’attendre de moi, et le cheminement lui-même n’est rien d’autre que la tâche que notre amour m’impartit. C’est mon droit à vivre que j’aurais perdu, si j’avais dû perdre mon amour pour toi, mais c’est et de cet amour et de sa réalité qu’il me faudrait faire mon deuil, si d’aventure je me soustrayais à la tâche à laquelle me contraint cet amour.

« Et si Dieu l’accorde

Je t’aimerai mieux après la mort. »

H.

Annonce

Publié par Laurence Baïdemir

Je suis toujours restée aussi passionnée par la lecture, et j'ai alors décidé de créer le site Inspirant en janvier 2017, afin d'inspirer les autres avec des œuvres très connues et d'autres qui méritent pleinement de l'être. J'espère que vous éprouverez le même plaisir que moi en les lisant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A mons avis, l’amour inconditionnel est l’objectif que nous nous sommes fixés en venant ici.

L’autonomie. Je me considère désormais assez fort pour décider