Krishnamurti: Lorsque vous vous dites Indien, Musulman, Chrétien, Européen, ou autre chose, vous êtes violents.

Teddy Tanier/ novembre 11, 2017

Krishnamurti
Image crédit : Pixabay

Lorsque vous vous dites Indien, Musulman, Chrétien, Européen, ou autre chose, vous êtes violents.

Savez-vous pourquoi ?

C’est parce que vous vous séparez du reste de l’humanité, et cette séparation due à vos croyances, à votre nationalité, à vos traditions, engendre la violence.

Celui qui cherche à comprendre la violence n’appartient à aucun pays, à aucune religion, à aucun parti politique, à aucun système particulier.

Ce qui lui importe, c’est la compréhension totale de l’humanité.

Se libérer du connu de Jiddu Krishnamurti

Savez-vous ce que signifie aimer quelqu’un ?

Savez-vous ce que signifie aimer un arbre, un oiseau, ou un animal de compagnie, de sorte que vous vous en occupez, vous le nourrissez, vous le chérissez, bien qu’il ne vous donne peut-être rien en échange, qu’il ne vous offre pas son ombre, qu’il ne vous suive pas, qu’il ne dépende pas de vous ?
La plupart d’entre nous n’aiment pas de cette manière, nous ignorons tout de cette forme d’amour car notre amour est toujours assailli d’angoisse, de jalousie, de peur, ce qui sous-entend que nous dépendons intérieurement d’autrui, que nous voulons être aimés, que nous ne nous contentons pas d’aimer tout simplement : nous demandons quelque chose en retour, et cette attente même nous rend dépendants.

Le sens du bonheur de Jiddu Krishnamurti

L’important, c’est d’être à soi-même sa propre lumière, son propre maître et son propre disciple.

Le sens du bonheur de Jiddu Krishnamurti

Rencontrer l’amour sans l’avoir cherché est la seule façon de le trouver: le rencontrer sans s’y attendre…

Se libérer du connu de Jiddu Krishnamurti

Vivre demande en fait beaucoup d’amour, un fort penchant pour le silence, une grande simplicité, énormément d’expérience ; il faut avoir un esprit capable de penser de manière très lucide, et qui ne soit pas sous le joug des préjugés ou des superstitions, de l’espoir ou de la peur.

Le sens du bonheur de Jiddu Krishnamurti

On ne peut se rendre compte de la façon dont on est conditionné que lorsque survient un conflit dans une continuité de plaisir ou dans une protection contre la douleur.

Si tout est harmonieux autour de nous ; notre femme nous aime, nous l’aimons, nous avons une maison agréable, de bons enfants, beaucoup d’argent : dans ce cas nous ne sommes en aucune façon conscients de notre conditionnement. Mais lorsque survient l’accident, la femme infidèle, la perte d’une fortune, une menace de guerre ou toute autre cause de douleur et d’angoisse, alors nous savons que nous sommes conditionnés.

Lorsque nous luttons contre une chose, quelle qu’elle soit, qui nous dérange, au lorsque nous nous défendons contre une quelconque menace, extérieure ou intérieure, alors nous savons que nous sommes conditionnés. Et comme la plupart entre nous, la plupart du temps, sont perturbés, soit en surface soit en profondeur, ce trouble, ce désordre indique que nous sommes conditionnés. Tant que l’animal est choyé il réagit agréablement, mais dès qu’il rencontre un antagonisme, la violence de sa nature éclate.

Se libérer du connu de Jiddu Krishnamurti

Livres conseillés, cliquez sur l’image,

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
*
*