in

Un magnifique texte : J’étais la lune qui prétendait être le soleil

Partager sur les réseaux sociaux

« J’étais la lune
qui prétendait être le soleil,

mais qui ne savait pas
qu’elle était la lune,
le soleil et la noirceur…
Je suis la nuit noire,
l’étoile et l’espace,
la voie lactée,
au coeur de la galaxie.
Je suis la nuit noire,
le vide et le silence

Annonce

au coeur du vide.
Je suis la lumière
au fond de l’abîme,
et le chant des rivières:
Je suis dans la profondeur des océans.
Je suis les larmes de la terre,
son sang coule dans mes veines,
dans mon coeur,
bat le tambour…
Ecoute, Ecoute, Ecoute
dans le silence
la souffrance, la mort, la naissance,
la joie d’être femme,flamme,
amante, bien aimée,
mère et sourcière nourricière.
Vois la vie qui emplit mon ventre
et la lumière qui irradie
au plus profond de la blessure.
Vois la force qui jaillit et donne naissance,
Vois la fragilité sous les voiles de la déesse.
Regarde la femme,nue,dans sa vulnérabilité.
Au plus profond de la nuit,
nos souffrances se chevauchent,
et s’entremêlent nos coeurs,
partageons nos larmes,
laissons les couler avec amour
approchons nous de la flamme,
elle guérit et purifie,
elle éclaire,dans la nuit.
Cette flamme de la conscience
disperse les ténèbres et l’ignorance.
Dans l’amour,la force de vivre
et le courage de te rencontrer.
Pieds nus sur la terre,

Annonce


Debout dans le vent,
à travers les orages et les tempêtes
je suis restée là,
immobile,clouée par la souffrance
celle qui hurle à la lune,
comme une louve affamée,en plein hiver,
le corps nu,offert à la froidure,
glacé jusqu’au fond des os,
je suis restée là, immobile,
à pleurer dans le silence d’une nuit éternelle…
Le regard perdu,
j’ai vu s’éteindre l’étoile du matin,
et se lever le soleil:
Je me suis vêtue de sa robe de feu.
Pieds nus, je me suis mise à marcher
comme une reine, fière d’être femme,
bénie jusqu’au fond de mes entrailles:
vierge,mère,enfant,amante,amoureuse et putain,
déesse dans mon sanctuaire.
J’ai senti mon ventre, berceau de vie
et mon sexe, porte de lumière,
j’ai senti mon cœur vaste comme l’océan,
j’ai senti la vie.
Je me suis agenouillée
devant la souffrance,la mort et la naissance,
je me suis agenouillée devant la beauté,
la grâce d’être née femme,
vierge,mère,enfant,amoureuse,amante et putain,
déesse dans mon sanctuaire.


Ma Premo


Texte alchimique,traduit de l’anglais.

Livres conseillés, cliquez sur l’image:

Annonce

Publié par Teddy Tanier

Passionné par les poèmes depuis tout petit j'ai toujours aimé écrire seul dans la nuit quand la journée s'éteint. Car cette atmosphère me transporte et me fait voyager, elle m'inspire et me rassure. On peut encore rêver. J'aime l'art et particulièrement les livres c'est pour cela qu'Inspirant me permet de présenter des auteurs connus et moins connus pour faire partager ma passion et rendre hommage aux grands écrivains ou philosophes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La sorcière est pour moi celle qui est à l’écoute du monde

Parce que la vie,c’est la meilleure chose qui peux nous arriver