Les meilleurs citations d’Émile Zola

Laurence Baïdemir/ octobre 20, 2017

Émile Zola

Image crédit : Pixabay

Les meilleurs citations d’Émile Zola

Les Rougon-Macquart, tome 13 : Germinal de Émile Zola

Fichez-moi donc la paix, avec votre évolution ! Allumez le feu aux quatre coins des villes, fauchez les peuples, rasez tout, et quand il ne restera plus rien de ce monde pourri, peut-être en repoussera-t-il un meilleur.

Les Rougon-Macquart, tome 13 : Germinal de Émile Zola
Rien n’est jamais fini, il suffit d’un peu de bonheur pour que tout recommence.

Émile Zola
L’argent est bête, si on ne le dépense pas.

AU BONHEUR DES DAMES.

La science a-t-elle promis le bonheur ? Je ne le crois pas. Elle a promis la vérité, et la question est de savoir si l’on fera jamais du bonheur avec de la vérité.

Les Rougon-Macquart, tome 10 : Pot-Bouille de Émile Zola
Dans la vie, il n’y a que les plus honteux qui perdent. L’argent est l’argent : quand on n’en a pas, le plus court est de se coucher. Moi, lorsque j’ai eu vingt sous, j’ai toujours dit que j’en avais quarante ; car toute la sagesse est là, il vaut mieux faire envie que pitié… On a beau avoir reçu de l’instruction, si l’on n’est pas bien mis, les gens vous méprisent. Ce n’est pas juste, mais c’est ainsi… Je porterais plutôt des jupons sales qu’une robe d’indienne. Mangez des pommes de terre, mais ayez un poulet, quand vous avez du monde à dîner… Et ceux qui disent le contraire sont des imbéciles !

Thérèse Raquin de Émile Zola
Lorsque l’avenir est sans espoir, le présent prend une amertume ignoble.

Émile Zola
Il n’y a jamais trop de livres ! Il en faut, et encore, et toujours ! C’est par le livre, et non par l’épée, que l’humanité vaincra le mensonge et l’injustice, conquerra la paix finale de la fraternité entre les peuples.
Extrait de Rome(1896).

Il n’y a pas si longtemps que ça, j’étais persuadée que dans la vie, si on voulait s’en sortir, il fallait toujours lutter contre le courant, quelle que soit sa force. Mais tout bien réfléchi, vivre en se laissant porter, ce n’est peut-être pas si bête que ça, du moment que ça nous fait avancer.
(Emile Zola)

Thérèse Raquin de Émile Zola
Rien n’est plus douloureusement calme qu’un crépuscule d’automne. Les rayons pâlissent dans l’air frissonnant, les arbres vieillis jettent leurs feuilles. La campagne, brûlée par les rayons ardents de l’été, sent la mort venir avec les premiers vents froids. Et il y a, dans les cieux, des souffles plaintifs de désespérance. La nuit descend de haut, apportant des linceuls dans son ombre.

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 02/04/1840
Mort(e) à : Paris , le 29/09/1902
Biographie :

Émile Zola est un écrivain, journaliste et homme public français, considéré comme le chef de file du naturalisme.

C’est l’un des romanciers français les plus populaires, l’un des plus publiés, traduits et commentés au monde. Ses romans ont connu de très nombreuses adaptations au cinéma et à la télévision. Sa vie et son œuvre ont fait l’objet de nombreuses études historiques. Sur le plan littéraire, il est principalement connu pour « Les Rougon-Macquart », fresque romanesque en vingt volumes (notamment « L’Assommoir », 1878; « Nana », 1880; « Au Bonheur des Dames », 1883; « Germinal », 1885; « L’Œuvre », 1886; « La Terre », 1887; « La Bête humaine », 1890; « L’Argent », 1891) dépeignant la société française sous le Second Empire et qui met en scène la trajectoire de la famille des Rougon-Macquart, à travers ses différentes générations et dont chacun des représentants d’une époque et d’une génération particulière fait l’objet d’un roman.

Indigné par la dégradation du capitaine Dreyfus, le 5 janvier 1895, à l’École militaire, il dénonce à la fin de l’année dans trois articles publiés par Le Figaro les campagnes de presse contre la République et les Juifs. Convaincu que le véritable coupable de l’affaire Dreyfus est le commandant Esterhazy, qui est acquitté à l’unanimité le 11 janvier 1898, Zola publie dans L’Aurore deux jours plus tard l’article « J’accuse ». Condamné à un an d’emprisonnement et à 3 000 francs d’amende, il doit quitter la France le 18 juillet 1898.

Il entame la création d’un nouveau cycle, « Les Quatre Évangiles », dont le premier volume, « Fécondité » est publié en 1899. « Travail » suit en 1901. « Vérité » paraît à titre posthume. Et « Justice » ne paraîtra jamais, l’ouvrage étant resté à l’état d’ébauche au moment de la mort de l’écrivain.

De retour de Médan, il serait mort asphyxié dans la nuit, par la combustion lente résiduelle d’un feu couvert, produite par la cheminée de leur chambre dans leur appartement. Une foule immense rendit hommage pendant ses obsèques à celui qui avait osé mettre en jeu sa notoriété au nom de la morale et de la justice.
Les cendres de Zola seront transférées au Panthéon de Paris le 4 juin 1908 , une fois que Dreyfus fut réhabilité.

Livres conseillés, cliquez sur l’image :

 Inspirant.fr q?_encoding=UTF8&MarketPlace=FR&ASIN=2290101613&ServiceVersion=20070822&ID=AsinImage&WS=1&Format=_SL250_&tag=e0cbf-21 Circé, une grande magicienne Inspirant.fr ir?t=e0cbf-21&l=am2&o=8&a=2290101613 Circé, une grande magicienne Inspirant.fr q?_encoding=UTF8&MarketPlace=FR&ASIN=2290133817&ServiceVersion=20070822&ID=AsinImage&WS=1&Format=_SL250_&tag=e0cbf-21 Circé, une grande magicienne Inspirant.fr ir?t=e0cbf-21&l=am2&o=8&a=2290133817 Circé, une grande magicienne Inspirant.fr q?_encoding=UTF8&MarketPlace=FR&ASIN=229007196X&ServiceVersion=20070822&ID=AsinImage&WS=1&Format=_SL250_&tag=e0cbf-21 Circé, une grande magicienne Inspirant.fr ir?t=e0cbf-21&l=am2&o=8&a=229007196X Circé, une grande magicienne

Source : www.babelio.com

Notez cet article

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
*
*