ON NE PEUT RIEN SAVOIR : Aucun mot n’est juste

Teddy Tanier/ novembre 16, 2020

Annonce

RIEN SAVOIR
Annonce

ON NE PEUT RIEN SAVOIR

« Aucun mot n’est juste. C’est une fantaisie. 

Laissons cela aux académiciens. 

Ici, on veut arriver à cette conviction que l’on ne peut rien comprendre. 

Quand vous dites :  » Oui, j’ai compris « , vous avez agrippé une forme infantile. Laissez cette forme vous quitter. Il n’y a rien à comprendre.

L’émotion est une explosion dans un espace, un feu en ébullition : tout est vivant. Pour que cette sensation se déploie, le mot doit mourir.

C’est à vous de pressentir ce dont on parle, il n’existe aucun mot pour l’assimiler. C’est une sorte de pressentiment que l’on ne peut pas conceptualiser.

Il est très important de vous arrêter avant de comprendre.

C’est un art de vivre : vous entendez quelque chose,
vous observez en vous le mécanisme de vouloir expliquer
et vous vous arrêtez avant.

Annonce

Quand je sens monter en moi la fantaisie de comprendre, j’observe mon fonctionnement : je veux attraper quelque chose, j’ai besoin de repères pour me sécuriser.

On ne peut rien savoir.

La beauté d’une relation humaine est d’être indéfinie.
A chaque seconde, tout est neuf.

L’intimité se joue dans l’instant, pas dans la mémoire, ni dans le futur.

Quand on aborde quelqu’un ou la vie sans rien savoir, tout est possible.

Que peut-il y avoir de plus fort, de plus beau, de plus étonnant, de plus merveilleux que ce qu’il y a dans l’instant, maintenant ? »

– Eric Baret (de l’abandon)

Livres conseillés nous vous présentons les liens Amazon ( liens affiliés) pour soutenir les auteurs mais vous pouvez vous procurer ces livres dans d’autres boutiques pour aider nos libraires / Image Pixabay

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
*
*