Partager sur les réseaux sociaux
Annonce

Annonce

Vous touchez là un point très douloureux pour la société d’aujourd’hui. Tout se fait en courant. Rien ne se fait dans un certain rythme. Il n’y a pas de rythme aujourd’hui, il y a la vitesse.

Les conditions dans lesquelles travaillent la plupart des gens font d’aux des marionnettes. La société devient une gigantesque machine qui tire les ficelles. Toute la journée l’homme est empêché de se replier sur lui-même. Il ne peut plus trouver en lui-même le trésor qu’il est dans sa profondeur et qui ne dépend pas du salaire, mais du temps que l’on a pour soi-même.

Alors que faire?

On peut tout d’abord être conscient que cette vie n’est pas humaine. La plupart des gens n’en sont as conscients. Ils sont devenus des marionnettes et l’acceptent. Si quelqu’un se rend compte qu’il vit contre sa profondeur, c’est déjà énorme. Alors, il trouvera toujours un moment pour avoir par exemple une conversation un peu profonde avec sa femme, pour entendre un beau disque. Mais surtout, il ne remplira pas encore le week-end avec d’autres travaux. Aujourd’hui, le week-end c’est de nouveau une façon d’éviter la tranquillité.  » Il faut faire quelque chose.  » En français, il y a une belle pour dire marcher c’est  » se balader ». Le week-end doit être un moyen de vivre sa vie personnelle, sans quelque chose vous poursuivre  » Plus vite ! Plus vite !  » Ce pourrait être une chance pour l’homme de se recentrer sur lui-même, d’arrêter durant un moment la vie durant laquelle il n’est que marionnette. L’homme est réduit à l’état de fonctionnaire au sens où il remplit une petite place dans une grande machine. C’est ça la destruction de l’être humain. Nous sommes arrivés à …

Auteur inconnu 

Annonce

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Accueil » Philosophie » Vous touchez là un point très douloureux pour la société d’aujourd’hui.

Vous touchez là un point très douloureux pour la société d’aujourd’hui.