J’aurai voulu être professeur de vie

Laurence Baïdemir/ septembre 3, 2017

J’aurai voulu être professeur de vie

Il n’est pas facile de cerner, dans tous les tâtonnements d’une vie, les démarches clés qui permettent d’accéder au meilleur de soi
et d’entretenir vivace la sève du respect envers sa propre personne.

« J’aurais voulu être professeur de vie. J’aurais appris aux enfants, aux adultes aussi, tout ce qui n’est pas écrit dans les livres.

Je leur aurais appris les choses délicates de la vie :

qu’un amour entretenu ne s’use pas,

que la seule liberté qui vaille la peine d’être vécue est la liberté d’être, qu’il est important de prendre le temps

de regarder la fuite ou l’immobilité d’un nuage,

de suivre le vol d’un oiseau,

de se laisse surprendre par l’infini des choses de la vie.

Qu’il est important d’apprendre à s’aimer,

à se respecter, à se définir.

Qu’il est encore plus important de ne pas se laisser

enfermer dans les jugements, de résister aux rumeurs,

de ne pas se laisser polluer par les messages toxiques

qui peuvent venir de ceux qui prétendent nous aimer

ou mieux savoir pour nous.

De ne pas se laisser entraîner par les idées toutes faites, par les modes, ou immobiliser par les conditionnements qui tentent de s’imposer à nous.

J’aurais essayé de leur apprendre à remettre en cause leurs croyances quand elles sont devenues des certitudes terroristes,

pour laisser plus de place à l’imprévisible de la vie ».

Professeur de vie, quel beau métier à inventer.

Jacques Salomé – “N’oublie pas l’éternité” – Albin Michel 2005 –

Livres conseillés, cliquez sur l’image :

 

Notez cet article

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
*
*