in

À 40 ans, Franz Kafka (1883-1924), qui n’a pas eu d’enfants, a rencontré une fille qui pleurait parce qu’elle avait perdu sa poupée préférée

Partager sur les réseaux sociaux

Détruis-toi pour te connaître. Construis-toi pour te surprendre, l’important n’est pas d’être, mais de devenir.

Franz Kafka

À 40 ans, Franz Kafka (1883-1924), qui ne s’est jamais marié et n’a pas eu d’enfants, a traversé le parc de Berlin lorsqu’il a rencontré une fille qui pleurait parce qu’elle avait perdu sa poupée préférée. Elle et Kafka ont cherché la poupée sans succès.

Kafka lui a dit de le rencontrer là-bas le lendemain et ils reviendraient la chercher.

Annonce

Le lendemain, alors qu’ils n’avaient pas encore trouvé la poupée, Kafka a donné à la fille une lettre «écrite» par la poupée disant «s’il te plaît ne pleure pas. J’ai fait un voyage pour voir le monde. Je t’écrirai sur mes aventures . « 

Ainsi commença une histoire qui dura jusqu’à la fin de la vie de Kafka.

Au cours de leurs rencontres, Kafka a lu les lettres de la poupée soigneusement écrites avec des aventures et des conversations que la fille trouvait adorables.

Finalement, Kafka a ramené la poupée (il en a acheté une) qui était revenue à Berlin.
«Ça ne ressemble pas du tout à ma poupée», dit la fille.

Kafka lui tendit une autre lettre dans laquelle la poupée écrivait: «mes voyages m’ont changé». la petite fille serra la nouvelle poupée dans ses bras et la ramena avec elle dans sa maison heureuse.

Un an plus tard, Kafka mourut.

De nombreuses années plus tard, la jeune fille devenue adulte a trouvé une lettre à l’intérieur de la poupée. Dans la minuscule lettre signée par Kafka, il était écrit :

Annonce

« Tout ce que vous aimez sera probablement perdu, mais à la fin, l’amour reviendra d’une autre manière. »

Acceptez le changement. C’est inévitable pour la croissance. Ensemble, nous pouvons transformer la douleur en émerveillement et en amour, mais c’est à nous de créer consciemment et intentionnellement cette connexion.

On ne devrait lire que les livres qui nous piquent et nous mordent. Si le livre que nous lisons ne nous réveille pas d’un coup de poing sur le crâne, à quoi bon le lire ?

Franz Kafka

Livres conseillés cliquez sur l’image ( liens affiliés) Image Wikipédia

Publié par Teddy Tanier

Passionné par les poèmes depuis tout petit j'ai toujours aimé écrire seul dans la nuit quand la journée s'éteint. Car cette atmosphère me transporte et me fait voyager, elle m'inspire et me rassure. On peut encore rêver. J'aime l'art et particulièrement les livres c'est pour cela qu'Inspirant me permet de présenter des auteurs connus et moins connus pour faire partager ma passion et rendre hommage aux grands écrivains ou philosophes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

JE COMBLE MON DEFICIT EN MATIERE D’ELOGES 

COUPEZ LES LIENS… Dis Non à tout ce qui te manque de respect