in

JE COMBLE MON DEFICIT EN MATIERE D’ELOGES 

Partager sur les réseaux sociaux

J’ai accumulé un déficit en matière d’éloges au cours de ma jeunesse, comme un marathonien accumule un déficit d’oxygène au long d’une course. 

Je voulais tant que l’on m’apprécie. Pourtant, étant donné que j’ai reçu peu de reconnaissance de la part de mes parents, j’ai commencé à remettre en question ma valeur en tant qu’individu.

Annonce

Au cours de ma vie adulte, j’ai voulu combler ce déficit en cherchant les compliments. J’ai quelquefois manipulé mes proches en faisant preuve d’une fausse modestie.

Aujourd’hui je renoncerai à cette manière douteuse de combler mon déficit en matière d’éloges. J’occuperai mon esprit en nourrissant des pensées positives à mon sujet. Je tiendrai un journal dans lequel je noterai mes triomphes quotidiens, grands et petits.

Aujourd’hui je satisferai mes besoins en matière d’éloges sans recourir à la manipulation.

Auteur : Rockelle Lerner 

Pour comprendre la valeur d’un an, demande simplement aux étudiants qui ont raté leurs examens d’entrée.

Pour comprendre la valeur d’un mois, demande à une mère qui a donné naissance à un bébé prématurément.

Annonce

Pour comprendre la valeur d’une semaine, demande à l’éditeur d’un journal hebdomadaire. Pour comprendre la valeur d’une heure, demande aux amoureux qui attendent de se voir. Pour comprendre la valeur d’une minute, demande aux gens qui ont raté leur arrêt dans le train.

Pour comprendre la valeur d’une seconde, demande à la personne qui a réussi à éviter un accident juste à temps. Pour comprendre la valeur d’un dixième de seconde, demande à la personne qui a reçu la médaille d’argent aux jeux olympiques. Les aiguilles de l’horloge continueront à faire tic-tac.

Donc… chéris chaque moment que tu as. Et traite le jour présent comme le meilleur cadeau que tu auras.

Drama Yuuki

Livres conseillés cliquez sur l’image ( liens affiliés) Image Pixabay

Publié par Teddy Tanier

Passionné par les poèmes depuis tout petit j'ai toujours aimé écrire seul dans la nuit quand la journée s'éteint. Car cette atmosphère me transporte et me fait voyager, elle m'inspire et me rassure. On peut encore rêver. J'aime l'art et particulièrement les livres c'est pour cela qu'Inspirant me permet de présenter des auteurs connus et moins connus pour faire partager ma passion et rendre hommage aux grands écrivains ou philosophes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Exprimer ses besoins. Se dire oui à Soi. Dire oui à l’amour et la magie!

À 40 ans, Franz Kafka (1883-1924), qui n’a pas eu d’enfants, a rencontré une fille qui pleurait parce qu’elle avait perdu sa poupée préférée