Je n’attends plus d’occasion spéciale ; je brûle les meilleures bougies les jours ordinaires.

Laurence Baïdemir/ août 19, 2017

jours ordinaires

Je n’attends plus d’occasion spéciale ; je brûle les meilleures bougies les jours ordinaires.

Je n’attends plus que la maison soit propre ; je la remplis de gens qui comprennent que même la poussière est sacrée.

Je n’attends plus que tous me comprennent ; ce n’est pas leur tâche.

Je n’attends plus des enfants parfaits ; mes enfants ont leurs propres noms qui brûlent aussi brillamment que n’importe quelle étoile…

Je n’attends plus le bon moment pour avoir raison ; le bon moment est toujours maintenant.

Je n’attends plus le compagnon qui me complétera ; je suis reconnaissante d’être déjà soutenue si chaleureusement et tendrement.

Je n’attends plus un instant de tranquillité ; mon cœur peut devenir tranquille quel que soit le moment où il est appelé.

Je n’attends plus que le monde soit en paix ; je relâche mon poing et je respire la paix en moi et autour de moi.

Je n’attends plus quelque chose de grand ; être éveillée pour porter mon grain de sable est suffisant.

Je n’attends plus d’être reconnue ; je sais que je danse dans un cercle sacré.

Je n’attends plus le pardon. I believe. I believe.

~Mary Anne Perrone

(traduction Barbara Gardénia pour Féminité et Spiritualité)

Livres conseillés, cliquez sur l’image :

 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
*
*