in

Et si c’était vrai… Chaque matin, au réveil, nous sommes crédités de 86400 secondes de vie

Partager sur les réseaux sociaux
Annonce

Marc Levy

Imaginez que vous gagniez un concours dont le prix serait le suivant :

Chaque matin, une banque vous offrirait un compte créditeur de 86 400 euros.

Mais tout jeu ayant ses règles, celui-ci en aurait deux :

– la première :

Tout ce que vous n’avez pas dépensé dans la journée vous est enlevé le soir. Vous ne pouvez pas tricher, vous ne pouvez pas virer d’argent sur un autre compte, vous ne pouvez que le dépenser. Mais chaque matin au réveil, la banque vous ouvre un nouveau compte, avec de nouveau 86 400 euros pour la journée.

– la deuxième :

La banque peut interrompre ce petit jeu sans préavis.
À n’importe quel moment elle peut te dire que c’est fini, qu’elle ferme le compte et qu’il n’y en aura pas d’autre.

Annonce

Qu’est ce que vous en feriez ?

Vous dépenseriez chaque euro à vous faire plaisir et à offrir quantité de cadeaux aux gens que vous aimez, n’est-ce pas ?

ET bien, cette banque magique nous l’avons tous… C’est le temps !

Chaque matin au réveil nous sommes crédités de 86 400 secondes de vie pour la journée, et lorsque nous nous endormons le soir il n’y a pas de report à nouveau, ce qui n’a pas été vécu est perdu : hier vient de passer.

Chaque matin cette magie recommence, nous sommes récrédités de 86 400 secondes de vie, et nous jouons avec cette règle incontournable : la banque peut fermer notre compte à n’importe quel moment, sans aucun préavis. À tous moments, la vie peut s’arrêter.

Alors, qu’en faisons-nous de nos 86400 secondes de vie quotidienne ?

Extrait de  » Et si c’était vrai… »

Livres conseillés, cliquez sur l’image :

Annonce

Publié par Laurence Baïdemir

Je suis toujours restée aussi passionnée par la lecture, et j'ai alors décidé de créer le site Inspirant en janvier 2017, afin d'inspirer les autres avec des œuvres très connues et d'autres qui méritent pleinement de l'être. J'espère que vous éprouverez le même plaisir que moi en les lisant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

pardonné des erreurs

J’ai pardonné des erreurs presque impardonnables

Un des plus jolies poèmes de Martha Medeiros : il meurt lentement celui qui ne voyage pas