in ,

Francis Scott Fitzgerald »Elle était belle, mais pas comme ces filles dans les magazines

Partager sur les réseaux sociaux

« Elle était belle, mais pas comme ces filles dans les magazines.

Elle était belle, dans sa façon de penser.

Elle était belle, pour l’étincelle dans ses yeux lorsqu’elle parlait de quelque chose qu’elle aimait.

Elle était belle, pour sa capacité à faire sourire les personnes autour d’elle, même si elle était triste.

Annonce

Non, elle n’était pas belle pour quelque chose de si éphémère que son apparence.

Elle était belle, profondément, dans son âme. »

Francis Scott Fitzgerald.

Passé la quarantaine, les gens se laissent rarement convaincre de quoi que ce soit.

A dix-huit ans, nos convictions sont des collines du haut desquelles nous regardons le monde ; à quarante-cinq, des cavernes où nous nous en cachons.

Francis Scott Fitzgerald.

Elle avait de grands yeux, vifs, clairs, humides et brillants, et sa carnation naturelle laissait deviner à fleur de peau la jeune vigueur des battements de son coeur.

Son corps s’attardait avec grâce aux confins de l’enfance : elle avait presque dix-huit ans, serait bientôt femme, mais la rosée sur elle se voyait encore.

Francis Scott Fitzgerald , Bernice se coiffe à la garçonne

Annonce

Toute vie est bien entendu un processus de démolition, mais les atteintes qui font le travail à coups d’éclat – les grandes poussées soudaines qui viennent ou semblent venir du dehors, celles dont on se souvient, auxquelles on attribue la responsabilité des choses, et dont on parle à ses amis aux instants de faiblesse, n’ont pas d’effet qui se voie tout de suite.

Francis Scott Fitzgerald , La fêlure

Francis Scott Key Fitzgerald est un écrivain américain né le 24 septembre 1896 à Saint Paul, Minnesota et mort le 21 décembre 1940 à Hollywood. Chef de file de la Génération perdue et représentant de l’Ère du Jazz, il est aussi celui qui lance la carrière d’Ernest Hemingway. Wikipédia

Livres conseillés cliquez sur l’image ( liens affiliés) Image Pixabay

Publié par Teddy Tanier

Passionné par les poèmes depuis tout petit j'ai toujours aimé écrire seul dans la nuit quand la journée s'éteint. Car cette atmosphère me transporte et me fait voyager, elle m'inspire et me rassure. On peut encore rêver. J'aime l'art et particulièrement les livres c'est pour cela qu'Inspirant me permet de présenter des auteurs connus et moins connus pour faire partager ma passion et rendre hommage aux grands écrivains ou philosophes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Trouver sa place, sans prendre la place..

Avons-nous besoin de la Saint Valentin, Pour dire à l’autre que nous l’aimons ?