in

J’ai compris qu’il vaut mieux se taire quand on veut se faire entendre

Partager sur les réseaux sociaux

J’ai compris qu’il vaut mieux se taire quand on veut se faire entendre.

Que le silence est une cruche, remplie d’un nectar doux et tendre.

Que la patience des braves ne se mesure pas toujours en terme de victoire.

Que la vie d’ici bas n’est pas qu’un purgatoire.

Annonce

J’ai compris qu’il vaut mieux sourire en quittant ce monde.

Que les larmes sont le signe de l’abandon et du doute.

Que le sourire efface la crainte même dans la déroute.

Qu’il n’y a rien de meilleur que l’harmonie et la paix profonde.

J’ai compris que le temps ne passe pas comme l’on croit.

Que c’est nous qui passons dans le temps qui nous tend la main.

Que gagner le pain a la sueur de notre front n’est pas une croix.

Que la vraie croix est la façon dont nous mangeons ce pain.

J’ai compris que la beauté n’est qu’une pale copie de la bonté.

Que la parure du cœur vaut mieux que les fards sur le visage.

Que les belles paroles ne font pas toujours le sage.

Annonce

Que le sage et le fou sont les deux voix de son immense bonté.

J’ai compris que finalement je n’ai rien compris.

Que chaque jour révèle que nous n’avons rien appris.

Que ma raison n’est pas nécessairement ton tort.

Que la vérité n’est pas toujours du coté du plus fort.

J’ai compris…

Ibrahim Koné.

Livres conseillés cliquez sur l’image ( liens affiliés) Image Pixabay

Publié par Teddy Tanier

Passionné par la poésie et la littérature depuis tout petit j'ai toujours aimé écrire seul dans la nuit quand la journée s'éteint. Car cette atmosphère me transporte et me fait voyager, elle m'inspire et me rassure. On peut encore rêver. J'aime l'art et particulièrement les livres c'est pour cela qu'Inspirant me permet de présenter des auteurs connus et moins connus pour faire partager ma passion et rendre hommage aux grands écrivains ou philosophes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Il y a des êtres qui vous comblent. Non pas de leur présence, mais de leur simple existence

Pas un jour ne passe sans que je te dise « je t’aime. »