in

Je ne savais pas qu’on pouvait aimer à ce point..

Partager sur les réseaux sociaux

Je ne savais pas qu’on pouvait aimer à ce point

Je l’ai aimée plus que tout. Plus que tout…

Je ne savais pas qu’on pouvait aimer à ce point…

Enfin, moi en tout cas, je croyais que je n’étais pas… « programmé » pour aimer de cette façon. Les déclarations, les insomnies, les ravages de la passion, c’était bon pour les autres tout ça.

Annonce

D’ailleurs, le seul mot de passion me faisait ricaner. La passion, la passion ! Je mettais ça entre hypnose et superstition, moi…

C’était presque un gros mot dans ma bouche.

Et puis, ça m’est tombé dessus au moment où je m’y attendais le moins.

Je l’aimais –

Anna Gavalda

On biaise, on s’arrange, on a notre petite lâcheté dans les pattes comme un animal familier. On la caresse, on la dresse, on s’y attache. C’est la vie. II y a les courageux et puis ceux qui s’accommodent. C’est tellement moins fatigant de s’accommoder…

Je l’aimais – Anna Gavalda

Il y a des regrets, des remords, des fêlures et des compromissions qui ne cicatrisent pas, qui ne cicatriseront jamais.

Je l’aimais – Anna Gavalda

Livres conseillés, cliquez ur l’image :

Annonce

Publié par Teddy Tanier

Passionné par les poèmes depuis tout petit j'ai toujours aimé écrire seul dans la nuit quand la journée s'éteint. Car cette atmosphère me transporte et me fait voyager, elle m'inspire et me rassure. On peut encore rêver. J'aime l'art et particulièrement les livres c'est pour cela qu'Inspirant me permet de présenter des auteurs connus et moins connus pour faire partager ma passion et rendre hommage aux grands écrivains ou philosophes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je suis autorisée à être triste

Je ne suis pas l’Abbé Pierre pour dénoncer la misère