in

Le cercle de la joie : Un jour, un paysan se présenta à la porte d’un couvent

Partager sur les réseaux sociaux
cercle de la joie
Annonce

Un jour, un paysan se présenta à la porte d’un couvent et frappa énergiquement.

Quand le frère portier ouvrit la lourde porte de chêne, le paysan lui montra, souriant, une magnifique grappe de raisin.

« Cher frère portier, dit le paysan, sais-tu à qui je veux offrir cette grappe de raisin, la plus belle de ma vigne? »

— Sans doute au Père Abbé ou à quelque moine du couvent!

— Non, à toi!

— À moi? Le frère portier en devint tout rouge de joie.

— C’est vraiment à moi que tu veux la donner?

— Bien sûr, parce que tu m’as toujours reçu avec amitié et tu m’as aidé quand je te le demandais. Je voudrais que cette grappe de raisin t’apporte un peu de joie. »

Et la joie simple et franche qu’il voyait sur le visage du frère portier l’illuminait lui aussi tout autant. Le frère portier posa la grappe bien en vue et passa la matinée à l’admirer. C’était vraiment une grappe étonnante. Et puis, à un moment donné, lui vint une idée : « Pourquoi ne pas porter cette grappe au Père Abbé, pour lui donner un peu de joie à lui aussi? »

Il prit la grappe et l’apporta au Père Abbé. Celui-ci fut sincèrement heureux. Mais il se souvint qu’il y avait dans le couvent un vieux frère malade et il pensa : « Je vais lui apporter la grappe. Ça lui donnera un peu de réconfort. »

Annonce

Ainsi la grappe émigra de nouveau. Mais elle ne resta pas longtemps dans la cellule du frère malade. Celui-ci, en effet, pensa que la grappe ferait aussi la joie du frère cuisinier, qui passait ses journées à suer derrière ses marmites, et il la lui fit parvenir.

Mais le frère cuisinier la remit au frère sacristain, afin qu’il ait, lui aussi, un peu de joie. Ce dernier la porta à un autre. Et ainsi de suite, jusqu’à ce que la grappe revint au frère portier, pour lui donner un peu de joie… Ainsi se referma le cercle. Un cercle de joie!

L’amour est l’unique trésor qui se multiplie quand on le divise; c’est l’unique cadeau qui augmente au fur et à mesure qu’on en soustrait une part.

Une magnifique chanson de Mario Pelchat :

« À ceux qui possèdent le détachement de l’esprit
et à ceux qui  soignent les corps ou les âmes;

« À ceux dont le cœur bat généreusement
et à tous ceux qui, luttant pour la justice, veulent établir le règne de la paix;

« À tous ceux qui sont purs dans leurs pensées et leur amour.

« Bonne et heureuse année à vous tous qui donnez un sens divin à l’humanité! »

Livres conseillés, cliquez sur l’image ( liens affiliés ) Image crédit : Pixabay
:

 Inspirant.fr q?_encoding=UTF8&MarketPlace=FR&ASIN=2290101613&ServiceVersion=20070822&ID=AsinImage&WS=1&Format=_SL250_&tag=e0cbf-21 Circé, une grande magicienne Inspirant.fr ir?t=e0cbf-21&l=am2&o=8&a=2290101613 Circé, une grande magicienne Inspirant.fr q?_encoding=UTF8&MarketPlace=FR&ASIN=2290133817&ServiceVersion=20070822&ID=AsinImage&WS=1&Format=_SL250_&tag=e0cbf-21 Circé, une grande magicienne Inspirant.fr ir?t=e0cbf-21&l=am2&o=8&a=2290133817 Circé, une grande magicienne Inspirant.fr q?_encoding=UTF8&MarketPlace=FR&ASIN=229007196X&ServiceVersion=20070822&ID=AsinImage&WS=1&Format=_SL250_&tag=e0cbf-21 Circé, une grande magicienne Inspirant.fr ir?t=e0cbf-21&l=am2&o=8&a=229007196X Circé, une grande magicienne

Annonce

Publié par Teddy Tanier

Passionné par les poèmes depuis tout petit j'ai toujours aimé écrire seul dans la nuit quand la journée s'éteint. Car cette atmosphère me transporte et me fait voyager, elle m'inspire et me rassure. On peut encore rêver. J'aime l'art et particulièrement les livres c'est pour cela qu'Inspirant me permet de présenter des auteurs connus et moins connus pour faire partager ma passion et rendre hommage aux grands écrivains ou philosophes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J'oublie pas d'où je viens

J’oublie pas d’où je viens, ce que j’ai dû surmonter pour parvenir à être là ou je suis

aimé pour de vrai

Le jour où je me suis aimé pour de vrai