in

J’oublie pas d’où je viens, ce que j’ai dû surmonter pour parvenir à être là ou je suis

Partager sur les réseaux sociaux
J'oublie pas d'où je viens

J’oublie pas d’où je viens, ce que j’ai dû surmonter pour parvenir à être là ou je suis.

J’oublie pas les gens qui ont croisés ma route, l’ont semé d’embûches ou au contraire m’ont accompagné.

J’oublie pas les actes commis et les paroles jetées à tous vents…

Je continue d’être moi ni plus ni moins qu’une nana parmis tant d’autres, au regard un peu terne mais une rage au bide énorme. ..

La force de m’en sortir ne m’a jamais quittée, on m’en à prit en cours de route mais je suis bel et bien là. .

Annonce

Alors à toutes ses personnes dont la fausseté et la méchanceté ont noircis leurs âmes et leurs coeurs je vous prierais de bien vouloir m’ oublier, m’effacer de votre vie qui doit être bien médiocre pour vouloir pourrir la mienne..

Aujourd’hui je vais bien et vous savez pourquoi ? Parce qu’en vous perdant je me suis retrouvée. ..

« Il ne faut pas avoir peur de la nuit. La nuit est plus pure que le jour. On pense mieux, on aime mieux, on rêve mieux la nuit.

La nuit, tout devient plus intense, plus vrai. Une phrase prononcée le jour prend un sens différent, plus profond, plus lointain, quand son écho nous parvient la nuit. »

Elie Wiesel

Livres conseillés, cliquez sur l’image ( liens affiliés )Image crédit : Pixabay

Annonce

Publié par Laurence Baïdemir

Je suis toujours restée aussi passionnée par la lecture, et j'ai alors décidé de créer le site Inspirant en janvier 2017, afin d'inspirer les autres avec des œuvres très connues et d'autres qui méritent pleinement de l'être. J'espère que vous éprouverez le même plaisir que moi en les lisant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

autre occasion

ll y aura toujours une autre occasion,

cercle de la joie

Le cercle de la joie : Un jour, un paysan se présenta à la porte d’un couvent