in

« Mamie, je suis fatigué. Tellement fatigué de cette vie… « 

Partager sur les réseaux sociaux

« Prends ta fatigue, mon enfant, et enroule-la autour de toi.

Comme une couverture dans les mois froids d’hiver. La fatigue vient te faire un nid, t’amener à porter des vêtements confortables, t’enfoncer dans son étreinte chaleureuse.

Elle t’invite à rester en toi-même. Sans force, sans pensée, sans action.

Annonce

Comme la neige qui recouvre tout pour adoucir le monde, pour le faire étouffer, pour le protéger du bruit.

Accepte les flocons de ta fatigue et laisse-toi complètement couvrir par eux. « 

« Mais je pourrais mourir enterré là-dessous… « 

« Tu renaîtras plutôt. Comme la graine dans le sol.

Ne résiste pas à ta lassitude, ne la rejette pas avec mille actions, mille intentions, mille sentiments de culpabilité.

Elle veut juste te prendre par la main et te conduire à sombrer dans le vide.

Juste là, là où réside la source de chaque force intérieure.

Ils nous ont appris à être forts en résistant. Mais c’est dans la capitulation que les vrais héros émergent. « 

« J’ai peur, grand-mère. Et si la fatigue allait m’anéantir ? « 

« Mon enfant, tu n’as pas peur de la fatigue mais de perdre le contrôle de toi-même. Le temps est venu pour toi de te donner à la Vie.

Annonce

Et de générer ensemble avec Elle les plus merveilleux enfants : les fruits de ton âme ! « 

Auteur : Elena Bernabè

Livres conseillés cliquez sur l’image ( liens affiliés) Image Pixabay

Publié par Teddy Tanier

Passionné par la poésie et la littérature depuis tout petit j'ai toujours aimé écrire seul dans la nuit quand la journée s'éteint. Car cette atmosphère me transporte et me fait voyager, elle m'inspire et me rassure. On peut encore rêver. J'aime l'art et particulièrement les livres c'est pour cela qu'Inspirant me permet de présenter des auteurs connus et moins connus pour faire partager ma passion et rendre hommage aux grands écrivains ou philosophes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tu n’es pas obligé de ravaler tes larmes.

La plus terrible de toutes les armes est la parole qui ruine une vie sans laisser de traces de sang, et dont les blessures ne cicatrisent jamais