in

Ne jamais laisser… par Jacques Salomé

Partager sur les réseaux sociaux
jamais laisser
Pixabay
Annonce

Ne jamais laisser… par l’auteur Jacques Salomé

Ne jamais laisser croire à un enfant que ses désirs sont tout puissants…

Pas plus que les nôtres d’ailleurs

Quand un enfant nous parle, le plus important n’est pas d’écouter ce qu’il dit, mais d’entendre comment il vit, ce qu’il dit.

Être à l’écoute réelle d’un enfant, c’est accepter d’être à l’écoute de l’enfant qui est en nous à chaque instant.

C’est un beau cadeau à faire à nos enfants de leur permettre de découvrir que derrière toute peur, il y a un ou plusieurs désirs qui tentent de se faire entendre.

Osons dire à nos enfants “je ne vous aime pas pareil” et à chacun “l’amour que j’ai pour toi est unique”.

Avec un enfant, chaque fois que je peux proposer, expliquer et dialoguer, je serais moins tenté d’exiger, de contraindre ou d’imposer. Parfois, les parents font les enfants, mais toujours les enfants font les parents.

Annonce

Au-delà de l’amour, un enfant a surtout besoin d’une relation claire, au bout de laquelle il y a un adulte consistant.

Je rêve d’un jour proche où la communication et les relations humaines seront enseignées à l’école.

Un enfant attend plus des adultes de demandes et de positionnements clairs que de manifestations d’amour envahissantes ou réductives.

Comme parents, nous avons à répondre aux besoins de nos enfants. Nous n’avons pas à satisfaire tous leurs désirs……

Livres conseillés, cliquez sur l’image ( Liens affiliés )

Annonce

Publié par Teddy Tanier

Passionné par les poèmes depuis tout petit j'ai toujours aimé écrire seul dans la nuit quand la journée s'éteint. Car cette atmosphère me transporte et me fait voyager, elle m'inspire et me rassure. On peut encore rêver. J'aime l'art et particulièrement les livres c'est pour cela qu'Inspirant me permet de présenter des auteurs connus et moins connus pour faire partager ma passion et rendre hommage aux grands écrivains ou philosophes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

tendresse de Bourvil

La tendresse de Bourvil : On peut vivre sans richesse

très comme il faut

Un jour, une dame très comme il faut est venue me voir après une conférence.