Un jour, une dame très comme il faut est venue me voir après une conférence.

Teddy Tanier/ juin 19, 2020

Annonce

très comme il faut
Pixabay

Un jour, une dame très comme il faut est venue me voir après une conférence.

Par très comme il faut, je veux dire : coiffure irréprochable, tenue vestimentaire impeccable…

Voici son récit :

« J’ai participé à votre stage l’année dernière. En rentrant chez moi, mes seules pensées concernaient mon fils âgé de dix-huit ans. Chaque soir, lorsque je rentrais à la maison, je le trouvais assis sur la table de la cuisine, portant cet horrible T-shirt délavé qu’une de ses copines lui avait donné.

Annonce

J’avais toujours peur que mes voisins ne le voient avec cette horreur et pensent que j’étais pas capable d’habiller correctement mes enfants. Il restait là à traînailler avec ses amis. (Quand elle prononça le mot « amis », son visage se tordit de dégoût.) Chaque soir, je lui faisais des remarques, en commençant par « ce T-shirt ». Bref, vous pouvez imaginer le genre de relation que j’entretenais avec mon fils…

Et puis, un jour, j’ai repensé à l’exercice sur la fin de vie que nous avions accompli pendant le stage. J’ai réalisé que la vie est un don qui n’est pas éternel. De même, les êtres qui me sont chers ne seront pas toujours là.

Je me suis alors posé des questions essentielles. Si je mourrais demain, quelle vision aurais-je de ma vie ? Je me dirais que j’ai bien vécu, même si ma relation avec mon fils n’a pas été parfaite.

Ensuite, je me suis dit : « Si mon fils mourrait demain, aurais-je bien rempli mon devoir de mère ? »

J’ai pris conscience que j’éprouverais un énorme sentiment de perte et un profond conflit par rapport à notre relation. En déroulant cet horrible scénario dans mon esprit, j’imaginais son enterrement.

Je n’aurais pas aimé qu’il soit enterré revêtu d’un costume, car ce n’est vraiment pas son genre. J’aurais aimé qu’il soit enterré avec ce satané T-shirt qu’il aimait tant.

Annonce

C’est ainsi que je pourrais lui rendre hommage.

Quelque chose m’a alors frappée : j’étais prête, s’il venait à disparaître, à l’aimer pour ce qu’il avait été et pour ce qu’il avait lui-même aimé, mais je n’étais pas disposée à lui faire ce cadeau de son vivant. J’ai alors compris que ce T-shirt avait une énorme importance pour lui. Pour une raison que j’ignore, c’était son vêtement préféré.

Ce soir-là, quand je suis rentrée, je lui ai dit qu’il pouvait porter ce T-shirt autant qu’il le souhaitait. Je lui ai dit que je l’aimais tel qu’il était. J’ai ressenti un formidable soulagement en me libérant de vouloir à tout prix décider pour lui et en me contentant de l’aimer tel qu’il est. Et maintenant que je ne cherche plus à ce qu’il soit parfait, je m’aperçois qu’il est tout à fait charmant comme ça »

Leçons de vie : Comprendre le sens de nos désirs, de nos peurs et de nos espoirs de Elisabeth Kübler-Ross

Livres conseillés, cliquez sur l’image ( Liens affiliés)

Annonce

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
*
*