Partager sur les réseaux sociaux
Annonce


Ne pas dire un mot de toute une journée, ne pas voir de journal, ne pas entendre de radio, ne pas écouter de commérage, s’abandonner absolument, complétement à la paresse, être absolument, complètement indifférent au sort du monde, c’est la plus belle médecine qu’on puisse s’administrer.

Le Colosse de Maroussi de Henry Miller – Henry Miller

Annonce

Henry Miller
Georges Belmont (Autre)

ISBN : 2253032026
Éditeur : LE LIVRE DE POCHE (01/05/1983)

Note moyenne : 3.7/5 (sur 89 notes)

Résumé :

J’avais marché les yeux bandés, à pas chancelants, hésitants ; j’étais orgueilleux, arrogant, satisfait de mener la vie fausse et restreinte du citadin; la lumière de la Grèce m’a ouvert les yeux, a pénétré mes pores, a fait se dilater mon être tout entier.

J’ai retrouvé ma patrie; le monde avec le centre véritable, la signification réelle de la révolution. Aucun conflit guerrier entre les nations de la terre ne saurait troubler cet équilibre… Je refuse catégoriquement toute qualité, dans l’avenir, qui serait inférieure à ce titre de citoyen du monde que je me suis décerné en silence, debout dans le tombeau d’Agamemnon

Henry Miller, célèbre écrivain américain, né en 1891, auteur entre autres de la trilogie Plexus, Nexus, Sexus et des Tropiques, écrit Le Colosse de Maroussi à la fin d’un voyage en Grèce qu’il fait en 1939, en quelque sorte ses premières vacances depuis plus de vingt ans, une parenthèse dans une vie jusque-là tumultueuse, scandée par de nombreuses ruptures et controverses. Le livre sera publié en 1941 et magnifiquement traduit en français par Georges Belmont en 1958.

Miller le considérait à la fin de sa vie comme  » son meilleur livre « . Il constitue, sur un mode autobiographique propre à l’auteur, la chronique d’une rencontre avec un pays, une nature et ses habitants. C’est sa réponse au  » choc  » qu’a constitué pour lui ce voyage. Cette découverte de la Grèce s’établit en contraste avec une Amérique honnie, qu’il avait quittée huit ans auparavant, et avec un exil français difficile, impécunieux, chaotique. Le texte se présente, au-delà du récit et de la chronique, comme un essai brillant, truculent et impertinent, contrasté dans ses thématiques, son style et son propos. Le voyage de Miller en Grèce est dû au hasard de l’invitation d’un de ses plus fidèles amis, Lawrence Durrell. Le choc, l’éblouissement que lui procurent la découverte de la Grèce constituent la trame constante du récit, qui alterne anecdotes, portraits, considérations philosophiques, digressions diverses. Il a été écrit, un peu à la manière d’un journal, pendant le séjour, entre 1939 et 1940, et terminé juste après, lors de son retour aux USA, à New-York, en 1940.

Le Colosse de Maroussi est un des textes de Miller les plus empreints de métaphysique et de religiosité, mais ses développements sont à interpréter dans une acception poétique et dans une tonalité qui nous dresse avant toute chose  » le portrait d’un pays « . Quelle que soit notre propre sensibilité, notre rapport à la métaphysique, à la religiosité ou au mysticisme, le bouleversement de l’écrivain devant ce qu’il voit ou ressent s’y découvre de manière explicite, directe, vivante, dans une intimité constante. C’est sa manière d’honorer tout un peuple et de nombreux personnages hauts en couleur, d’une humanité bouleversante (dont Séfériadès ou Katsimbalis, le Colosse) et, dans le même mouvement, de peindre la beauté de la nature ou celle des sites archéologiques. L’expérience de la Grèce constitue pour Miller, à 48 ans, un tournant profond dans sa carrière d’écrivain.

Sources : www.franceculture.fr et www.babelio.com/
Annonce

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Accueil » Philosophie » Ne pas dire un mot de toute une journée.

Ne pas dire un mot de toute une journée.