Orson Welles ses meilleurs citations : Seuls l’amour et l’amitié comblent la solitude de nos jours.

Teddy Tanier/ août 21, 2017

Orson Wells

Orson Welles :Seuls l’amour et l’amitié comblent la solitude de nos jours.

Lire ses citations Orson Welles est un réalisateur, acteur, producteur et scénariste américain. Né le 6 mai 1915 à Kenosha dans le Wisconsin (États-Unis), il est mort le 10 octobre 1985 à Hollywood, Los Angeles en Californie d’une crise cardiaque. Conformément à sa dernière volonté, ses cendres ont été enterrées en Espagne. Il a été parfois crédité sous les noms de O.W. Jeeves ou G.O. Spelvin.Orson Welles est une figure incontournable du cinéma comme réalisateur avec Citizen Kane, considéré comme le plus grand film de l’histoire du cinéma alors que c’était son premier film. Il a également laissé sa trace en tant qu’acteur, assura de nombreuses narrations dans près d’une centaine de films. Malgré une filmographie de seulement quinze films, il a exercé une grande influence sur différents réalisateurs, en particulier sur Stanley Kubrick dont il se sentait artistiquement très proche. Artiste précoce, il s’est pris de passion pour Shakespeare très jeune ainsi que pour Montaigne, et a également laissé sa marque à la radio avec ses adaptations d’œuvres littéraires, plus particulièrement celle de La Guerre des mondes de HG Wells, le 30 octobre 1938, où la véracité de la mise en onde et des propos a laissé croire à ses auditeurs à l’invasion des États-Unis par des Martiens.Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Orson Welles de Wikipédia en français

Orson Welles ses meilleurs citations :

On naît seul, on vit seul, on meurt seul. C’est seulement à travers l’amour et l’amitié que l’on peut créer l’illusion momentanée que nous ne sommes pas seuls.

Le bonheur n’est pas le droit de chacun, c’est un combat de tous les jours.

Seuls l’amour et l’amitié comblent la solitude de nos jours. Le bonheur n’est pas le droit de chacun, c’est un combat de tous les jours. Je crois qu’il faut savoir le vivre lorsqu’il se présente à nous

Je hais la télévision. Je la hais autant que les cacahuètes. Mais je ne peux m’arrêter de manger des cacahuètes.

Un bon film c’est celui qui vaut le prix du ticket, du restaurant et de la baby-sitter.

Les seuls qui se rapprochent de vous dans le malheur sont les créanciers.

Mon médecin m’a recommandé d’arrêter les petits dîners pour quatre. A moins qu’il n’y ait trois autres personnes.

La carrière d’une star commence quand elle ne peut pas entrer dans son soutien-gorge et finit quand elle ne peut plus entrer dans sa jupe.

On n’éprouve jamais que deux émotions en avion : l’ennui et la peur.

L’homme est un animal rationnel qui perd patience lorsqu’on lui demande d’agir en accord avec les diktats de la raison.

Il y a trois choses dans la vie que je ne supporte pas : le café brûlant, le champagne tiède et les femmes froides.

Je ne prie pas car je ne souhaite pas ennuyer Dieu

Un film n’est pas un de ces tableaux où l’on peint, une à une, les feuilles d’un arbre.
Orson Welles, Danièle Parra, Jacques Zimmer

Ce qui m’a fait monter sur scène et descendre dans l’arène, ce n’était pas le manque de courage, c’était un manque total d’ambition.
Moi, Orson Welles, Peter Bogdanovich

Un film est quelque chose de très personnel, bien plus que le théâtre, car le film en lui-même, c’est quelque chose de mort. Le film ne se nourrit pas de la réaction du public. Un film ne vient pas à la vie parce qu’on le projette dans une salle. Finalement, et pour toujours, un film est aussi mort qu’un livre. Et potentiellement, éternellement vivant.

Moi, Orson Welles, Peter Bogdanovich, éd. Belfond, 1985

Je suis fanatiquement contre la psychanalyse. Freud tue le poète en l’homme.
Orson Welles, Danièle Parra, Jacques Zimmer, éd. Filmo 13, 1985

La caméra, c’est un oeil, et une oreille. Cela t’emmène là où on la met. Le théâtre, c’est là où l’on t’emmène.

Moi, Orson Welles, Peter Bogdanovich, éd. Belfond, 1985

Cabotiner, c’est jouer faux. C’est ouvrir un sac à malices au lieu de faire monter la sauce. Le bon acteur, le véritable acteur de cinéma, ne peut jamais être trop fort. Ce qu’il ne doit pas faire, c’est s’étaler.

Moi, Orson Welles, Peter Bogdanovich, éd. Belfond, 1985

Il ne faut pas être timide avec la caméra. Il faut lui faire violence, la pousser jusque dans ses derniers retranchements, parce qu’elle est une vile mécanique. Ce qui compte, c’est la poésie.
Orson Welles, André Bazin, éd. Petite bibliothèque des Cahiers du cinéma, 2002

Je suis metteur en scène de théâtre, décorateur, peintre romancier, illusionniste, comédien, réalisateur de films : je m’étonne d’être venu si nombreux.

Orson Welles, Danièle Parra, Jacques Zimmer, éd. Filmo 13, 1985

La vieillesse. C’est la seule maladie dont on ne peut espérer guérir.

Dans la vie, il y a trois choses insupportables: le café froid, le champagne tiède et les femmes trop chaudes.

Livres conseillés, cliques sur l’image :

 

Notez cet article

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
*
*