in

Une très Belle leçon de Vie. À méditer : Un fils après la mort du père

Partager sur les réseaux sociaux

Une très Belle leçon de Vie…… À méditer. .

Un fils après la mort du père…

Mit sa mère dans une maison de retraite, et il va lui rendre visite de temps en temps…

Un jour il reçoit un appel de la maison de retraite, lui disant que sa maman était en train de mourir…

Arrivé là, il a demandé à sa mère..

Annonce

Que veux-tu que je fasse pour toi, maman ?

Triste la maman répond………..  »

Sème de l’amour..

Je veux que tu fasses mettre les ventilateurs dans l’hospice, parce qu’il n’y en a pas ici et la chaleur est insupportable,

Je veux que tu achètes aussi des frigos pour que la nourriture ne se gâche pas.

Plusieurs nuits je suis allée au lit sans avoir rien mangé.

Le fils surpris répond !!

Mais maintenant tu me demandes ça alors que tu es en train de mourir, pourquoi tu ne me l’as jamais dit avant ?

La mère répondit triste :

Annonce

Je me suis habituée à vivre avec la faim et la chaleur, mais ma peur est que tu ne puisses pas t’y habituer quand tes enfants ne prendront plus soin de toi et t’enverront ici, quand tu seras vieux !!

N’oublie pas :

Tout ce que tu fais dans la vie, te sera rendu…! ».,

Alors pense y avant qu’il ne soit trop tard…..tel que je te connais tu ne pourras jamais supporter les affres de cet hospice  ».

Livres conseillés cliquez sur l’image ( liens affiliés) Image Pixabay

Publié par Teddy Tanier

Passionné par la poésie et la littérature depuis tout petit j'ai toujours aimé écrire seul dans la nuit quand la journée s'éteint. Car cette atmosphère me transporte et me fait voyager, elle m'inspire et me rassure. On peut encore rêver. J'aime l'art et particulièrement les livres c'est pour cela qu'Inspirant me permet de présenter des auteurs connus et moins connus pour faire partager ma passion et rendre hommage aux grands écrivains ou philosophes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L’amour est insupportable, monsieur. Pensez-vous que l’on puisse retrouver une femme qu’on a aimée

Le temps qui passe où vous devenez vous ! Le temps va te faire comprendre que rien n’est éternel