in

La vie est bien trop courte pour perdre son temps à se faire une place là où l’on en a pas

Partager sur les réseaux sociaux

Petit traité de l’abandon : Pensées pour accueillir la vie telle qu’elle se propose de
La vie n’est jamais loupée. La vie n’est pas à réussir. Ce n’est pas un objectif. Vivre est à soi sa propre fin.

Alexandre Jollien

« La vie est bien trop courte pour perdre son temps à se faire une place là où l’on en a pas, pour démontrer qu’on a ses chances quand on porte tout en soi, pour s’encombrer de doutes quand la confiance est là, pour prouver un amour à qui n’ouvre pas les bras, pour performer aux jeux de pouvoir quand on n’a pas le gout à ça, pour s’adapter à ce qui n’épanouit pas.

Annonce

La vie est bien trop courte pour la perdre à paraître, s’effacer, se plier, dépasser, trop forcer.

Quand il nous suffit d’être, et de lâcher tout combat que l’on ne mène bien souvent qu’avec soi, pour enfin faire la paix, être en paix.

Et vivre. En faisant ce qu’on aime, auprès de qui nous aime, dans un endroit qu’on aime, en étant qui nous sommes, Vraiment ».

Grandir, ce n’est pas s’enrichir de quelque chose de nouveau, c’est découvrir ce qu’on a déjà l’intérieur.

La liberté intérieure, c’est quand le regard de l’autre ne vous détermine pas.

Ce qui accroît la souffrance, et crée le manque, c’est la comparaison.

Ce qui nous sauve, c’est de savoir que l’on ne peut pas guérir de ses blessures, mais que l’on peut vivre avec, que l’on peut cohabiter avec elles sans qu’il y ait nécessairement de l’amertume.+

Alexandre Jolien

 » La douceur de la vie dans sa simplicité la plus pure rappelle qu’il faut profiter d’elle envers et contre tout. La vie n’était plus une rivale, mais une alliée. Alliée exigeant, sévère, mais alliée tout de même. »

Annonce

Je me méfie des hiérarchies dans la souffrance. Tout tourment est de trop pour celui qui le subit.

Le philosophe nu de Alexandre Jollien

Livres conseillés cliquez sur l’image ( liens affiliés) Image Pixabay

Publié par Teddy Tanier

Passionné par les poèmes depuis tout petit j'ai toujours aimé écrire seul dans la nuit quand la journée s'éteint. Car cette atmosphère me transporte et me fait voyager, elle m'inspire et me rassure. On peut encore rêver. J'aime l'art et particulièrement les livres c'est pour cela qu'Inspirant me permet de présenter des auteurs connus et moins connus pour faire partager ma passion et rendre hommage aux grands écrivains ou philosophes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Je me manque

Je me manque. Quand je me perds derrière des mots inutiles

Le voyage de la Vie te fera parfois rencontrer l’ignorance, la lâcheté, la violence verbale