Parfois je suis fatiguée et je pleure.

Teddy Tanier/ janvier 14, 2021

Annonce
Annonce

Parfois je suis fatiguée et je pleure.

Parfois j’ai mal et j’en pleure.

Parfois j’en peu plus et je pleure.

Parfois j’y arrive pas et j’en pleure.

Être à bout, à bout de quoi ?

À bout de tout, et de rien.

À bout de notre être.

À bout de nous.

À bout de nos émotions.

À bout de nos missions.

Mais être toujours de-bout !

Parfois je pète un câble et je pleure.

Parfois j’ai envie de tout casser et j’en pleure.

Parfois j’en ai marre et je pleure.

Parfois j’y vois plus rien et j’en pleure.

Lâcher, lâcher quoi ?

Lâcher ce que je ne peut pas tenir.

Lâcher ce qui nous fait trop mal.

Lâcher ce que notre être refuse.

Annonce

Lâcher ce qui nous emprisonne.

Lâcher ce que nous supportons.

Mais toujours tenir bon !

Cette vie n’est pas des vacances me disait-il.

C’est en faisant tout ce travail que j’ai compris.

Parce que même après avoir souffert, pour guérir il te faudra encore souffrir.

Un mal pour un bien, je comprends maintenant cette phrase toute faite que je trouvais sans aucun sens.

C’est comme un hameçon, quand il rentre ça fait mal, et quand il faut le retirer ça fait deux fois plus mal.

Mais pour quel prix ?

La guérison !

Que le travail continue.

Avec tout mon coeur,
Océane
Les petites Lanternes.

Livres conseillés nous vous présentons les liens Amazon ( liens affiliés) pour soutenir les auteurs mais vous pouvez vous procurer ces livres dans d’autres boutiques pour aider nos libraires / Image Pixabay

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
*
*