in

Il y a des personnes qui te lisent comme un livre ouvert

Partager sur les réseaux sociaux

Il y a des personnes qui te lisent comme un livre ouvert, qui te ferme comme un livre lu, qui t’écrive comme un livre blanc, qui perdent le signet, qui voulaient te lire, mais les émotions n’étaient pas en solde, qui t’ont déballé et placé sur une étagère, qui t’ont amené à la maison et mis dans la bibliothèque.

Peut être qu’un jour quelqu’un te lira sérieusement, de la couverture à la dernière page et te gardera avec lui comme le cadeau le plus précieux.

Francesco P. Ettari

J’ai peur d’oublier ma mère, je veux dire Anna. J’avais gardé un de ses t-shirt qui portait son odeur et je dormais avec toutes les nuits.

Annonce

Un jour, je me suis rendue compte qu’il sentait mon odeur et plus la sienne. J’ai essayé de le laver avec toutes les marques de lessive qui existent pour retrouver l’odeur que j’avais associé à elle. J’ai jamais réussi.

Quelques fois je me concentre pour voir si j’arrive à me souvenir de ce parfum. C’est de plus en plus difficile.

Et j’ai peur qu’un jour, le souvenir s’efface. J’ai vraiment besoin de savoir qu’elle m’as transmis quelque chose parce que sinon j’aurais l’impression qu’il ne me reste rien d’elle.

Les frères Scott, Peyton.

 

Livres conseillés, cliquez sur l’image :

Annonce

 

Publié par Laurence Baïdemir

Je suis toujours restée aussi passionnée par la lecture, et j'ai alors décidé de créer le site Inspirant en janvier 2017, afin d'inspirer les autres avec des œuvres très connues et d'autres qui méritent pleinement de l'être. J'espère que vous éprouverez le même plaisir que moi en les lisant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On a demandé au Dalaï Lama…  » Qu’est-ce qui vous surprend le plus dans l’humanité? »

larmes

« Et j’ai pleuré. Beaucoup. Beaucoup trop. Certaines fois, certaines larmes servent