Qui JE SUIS ? Les situations que nous rencontrons nous servent à nous définir

Teddy Tanier/ mars 26, 2020

Annonce
Qui JE SUIS
Depositphotos

Qui JE SUIS ?

Les situations que nous rencontrons nous servent à nous définir, à nous positionner, à savoir qui nous sommes. Mais, pour tirer des enseignements positifs de nos expériences, il faut apprendre à écouter la voie/voix de notre cœur, et non le bruit du mental. Le mental est fait de conditionnements, d’attentes et réactions.

Qui JE SUIS :

Il s’avère parfois difficile de faire la distinction entre mental et cœur. 

Annonce

Un exemple simple, de plus en plus de personnes cessent de consommer de la viande pour des raisons diverses et variées, alors, que pensons-nous de cela ? Quelle position décidons-nous d’adopter ? Pour répondre à ces interrogations il est bon d’écouter son cœur, en faisant abstraction des avis extérieurs.

Qu’importe ce que dit la médecine, que me dit mon cœur ?

Qu’importe ce que suggère le gouvernement, que me dit mon cœur ?

Qu’importe ce que conseille ma famille, que me dit mon cœur ?

Qu’importe ce que fait le voisin, que me dit mon cœur ?

Qu’importe ce que choisit la majorité, que me dit mon cœur ? 

Quel est MON avis sur ce sujet ? Trouve-je cela positif ou négatif ? Il ne s’agit pas là d’un jugement mais d’une position, position que souffle notre cœur.

Je parle ici de l’intelligence du cœur, celle qui connait les choix les meilleurs.

Tandis que l’ego trouvera les réponses dans ce qui l’arrange. L’ego est très personnel et égoïste, il retient; tandis que le cœur englobe le Tout, il est dans la compassion, le partage et l’ouverture. 

Annonce

Nous sommes les seuls à pouvoir trouver les réponses à nos questions. Or, nous attendons trop souvent de l’extérieur ces mêmes réponses. N’oublions pas que cela revient à donner notre pouvoir à un autre, seulement, l’autre n’a pas le même vécu, les mêmes croyances, les mêmes conditionnements, les mêmes attentes. Nous sommes les seuls à savoir ce qui vibre le plus avec ce que nous sommes. Nul ne nous connaît mieux que nous même. 

Un autre exemple, certains ne veulent pas voter car ils ne souhaitent pas participer à cette grande mascarade électorale, tandis que d’autres disent qu’il faut justement aller voter pour mettre fin aux mensonges. Les premiers affirmeront que voter c’est donner son pouvoir à un autre, les seconds répondront que ne pas voter c’est abandonner son pouvoir à un autre. Il y a ceux qui disent que ne pas voter c’est s’opposer, et ceux qui disent que voter c’est s’opposer… Les arguments sont incroyablement nombreux, mais finalement, qui a raison et qui a tort ? La réponse différera d’une personne à l’autre, et le débat sera sans fin. Car, je le répète, chacun voit le monde à travers le filtre de ses croyances, donc de son ego. Alors, qu’importe ce que pensent les autres, la majorité, le monde, que pense mon cœur de cette situation ? 

Pour aider à faire la distinction entre cœur et mental, voici un petit exemple parlant, lorsque je vois toutes ces familles qui fuient leur pays en guerre pour venir se réfugier en France, qu’en pense-je ? Mon ego hurlera que ces gens vont prendre notre travail, qu’il y aura moins de logements pour nous, qu’ils seront mieux aidés financièrement que nous, qu’ils nous veulent peut-être du mal, je serais dans la peur de cette situation, la crainte de l’autre…

Annonce

Alors que mon cœur me soufflera que nous devons aider notre prochain, que le malheur de l’autre est aussi le mien, que ces gens qui ont tant souffert méritent un toit pour se reposer et la liberté pour vivre, que c’est un mensonge de dire qu’il n’y a pas assez pour tout le monde ici car la vie n’est qu’abondance… La différence cœur/mental est ici évidente. Je peux aller encore plus loin en me demandant comment on en est arrivé là ? Encore une fois, en plongeant dans mon cœur et non dans ce que véhiculent les médias.

Cessons de suivre la masse, de nous laisser influencer par l’extérieur, mais aussi, arrêtons de vouloir imposer notre point de vue, car imposer son idée revient à ne pas être sûr de ce que l’on est. Lorsque l’on doute de soi, on a besoin de l’approbation des autres, d’être rassurés et épaulés.

Soyons qui nous sommes en nous laissant guider par l’intelligence de notre cœur, car c’est ici que résident les réponses les plus merveilleuses/mère veilleuse, pour l’humanité, pour nous. Les enseignements qui tirent vers le haut, les échos qui détruisent nos schémas comportementaux. Et nul ne peut nous retirer cela, nul ne peut nous imposer quoi que ce soit lorsque la voix du cœur est notre guide, car c’est à ce moment là que l’on sait qui l’on est, que je sais qui JE SUIS. 

Annonce

Lorsque j’écoute mon intérieur, je peux répondre à toutes les questions qui s’offrent à moi, même si mon ressenti sort du moule, même si cela crée de l’incompréhension dans mon entourage. Comprenons que dans ce monde formaté, qui emprisonne ou traite de folles les personnes qui pensent différemment, se trouver dans la majorité, la pensée unique, le conformisme, n’est pas forcément un signe de bon sens. Ne prenons plus nos décisions par peur (ego), mais par amour (cœur). Notre vie entière sera jalonnée d’une multitude de questionnements, qui nous aideront à nous définir, alors l’heure est arrivée d’écouter ce que notre cœur à a nous dire et de mettre en pause notre ego.

Le plus incroyable dans tout cela, c’est que même si en apparence les réponses du cœur semblent différentes, nous verrons qu’au final tous les cœurs soufflent le même murmure. 

C’est ainsi que naîtra le grand changement, le vrai, celui qui éclairera le monde.

Alors incarnons dès maintenant qui nous sommes, sans avoir à le prouver ou l’imposer, et encourageons l’autre à trouver ses propres réponses.

// Source :
Emilie -Soin et Guérison

Livres conseillés ( liens affiliés) , cliquez sur l’image:

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
*
*