Juste un peu d’amour : écoutons notre coeur de maman

Teddy Tanier/ septembre 16, 2019

coeur de maman
Image crédit : Pixabay

Écoutons notre coeur de maman:

“ On me dit que je devrais le laisser pleurer pour ne pas le laisser gagner. On me dit que je ne devrais pas le prendre dans mes bras pour ne pas l’habituer.

Moi, je crois qu’il est déjà habitué. Il est né de ce corps, il a grandi en lui. C’est sa maison. Il ne connait que lui. De ce monde,il ne connait que ma voix, le son des battements de mon cœur, le rythme de ma respiration, l’odeur de ma chair. Il sait tout de moi. Il ne sait que moi. Il pense même que je suis lui, que nous ne sommes qu’un, que je suis la continuité de son corps.

Ce qu’il faudrait en fait, c’est que je le déshabitue.

Que je le force à oublier, très vite, tout ce qu’il connait, tout ce qu’il aime. Lui désapprendre le parfum de ma peau et lui refuser les caresses de mes mains. Pourtant, naturellement, instinctivement, il me cherche. Plus qu’un besoin, une nécessité. Pas pour vivre, pour survivre.

Et pourquoi ?

Pour qu’il soit autonome et sage. Pour que je puisse vivre. Pour que je puisse être libre. Mais je suis libre ! C’est lui ma Liberté. S’il faut parler d’esclave, alors c’est moi son bourreau. C’est moi qui ai le pouvoir de le calmer, de l’apaiser, de le soulager. Il m’a réveillé. Il m’a rendu consciente. Envolées mes convictions, mes croyances et mes certitudes. Je suis vivante depuis sa naissance. C’est ma plus belle raison de vivre, c’est ma plus belle priorité, c’est ma plus belle finalité. Et je devrais dire « non » à ses petits bras tendus vers moi, désespérément dressés, à la recherche de cette chaleur qui l’a bercée et rassurée si longtemps? Si je le prends dans mes bras, c’est parce que je l’aime, si je ne le laisse pas pleurer, c’est parce que je l’aime, si je le respire, le regarde, l’embrasse, le touche, le mange, c’est parce que je l’aime !

C’est quoi ce monde qui nous pousse à aimer nos enfants de loin ?

Pourquoi croire que rassurer son enfant c’est le rendre capricieux ? Pourquoi croire que nous devons être durs pour être juste ? Être sévère et cruel pour éduquer ? Ignorer pour mieux dresser, pour forger le caractère et rendre obéissant. Pourquoi ne pas juste aimer, simplement ?

Cet enfant à qui j’ai donné naissance, il vient de mon âme, il vient de mes tripes. Il a vécu à côté de mon cœur. Je l’ai porté au monde, égoïstement. Parce que j’avais envie d’un bébé. J’avais envie de devenir une maman. Nous avions envie de devenir parents. Mais nous ne pouvons plus être égoïstes ! Je lui dois tout !

Il ne me doit rien. Il ne me demande rien. Juste mes mains.

Quand sa bouche se tord, que ses yeux s’ouvrent et se dilatent, que ses larmes salent son visage en entier et qu’il me cherche, qu’il me cherche de l’intérieur, qu’il souffre à en oublier qu’il n’est plus en moi, je ne peux pas rester sur le pas de la porte ! Je ne peux pas me convaincre que c’est pour son bien. Pour son autonomie. Je veux, je dois le toucher, le serrer, prendre sa peine, prendre sa colère, sa peur. Il faut que je le protège, il faut que je l’aime, que je le berce sans retenue, sans limite pour retrouver son sourire.

Et je le bercerai. Aussi longtemps que je lui suffirai.

Et je le serrerai, aussi longtemps qu’il le voudra.

Et si je préfère lui enseigner l’amour, la tendresse et la bonté plutôt que la frustration, la colère et la violence, ça veut dire que je suis laxiste? Et si je crois, moi, qu’un enfant mérite qu’on lui laisse le temps de découvrir tout ça par lui-même? Si finalement notre rôle n’était que d’accompagner, d’écouter, de conseiller, de guider ? Le soutenir, l’épauler, lui parler, le regarder nous fixer avec ses yeux pleins de larmes ou de colère ou d’incompréhension et l’aider à grandir. Doucement, calmement, sans écouter ces menaces d’enfant roi capricieux.

L’aimer comme on aimerait être aimé.

Être les parents qu’on aurait aimé avoir. En faire l’adulte qu’on aurait aimé être.

Je ne comprends pas ces parents qui laissent pleurer un enfant pour le dompter. Pour mettre fin à un « caprice ». Pour lui apprendre à bien se comporter. On a tous des envies, brutales ou réfléchies. Sauf que nous, adultes, nous arrivons (plus ou moins) à gérer nos émotions. Et si on consolait au lieu de gronder ? Et si on prenait dans ses bras cet enfant, pour le rassurer, au lieu de le punir et de le laisser dans ses larmes. Lui dire qu’on le comprend, qu’on sait à quel point c’est décevant et frustrant de ne pas avoir ce que l’on veut !
Juste l’aider à contrôler sa colère et à apprivoiser ses émotions. Le traiter comme l’être humain qu’il est.

Pourquoi vouloir respecter son enfant semble si dingue ? Je veux l’aimer pour ce qu’il est, je veux le pousser à devenir un petit garçon épanoui et heureux. Je veux voir ce petit garçon devenir un homme sûr de lui et aimant.
Aimer pour être aimer.

Souvent, je me demande ce à quoi l’on pense à la fin de sa vie.

Je sais à quoi moi je penserai. A la vie que j’ai créée. A ce minuscule poing fermé au bout de ce si petit bras. A l’odeur de ses cheveux, à la douceur de son cou, aux plis de ces cuisses. A ce corps brulant qui vient d’un autre univers et que j’ai serré contre mon cœur, cette toute première fois. A toutes les autres fois. A ces yeux qui me cherchent dès que je quitte une pièce. A cette bouche qui est bien plus belle quand elle sourit que quand elle crie. A lui. C’est à lui que je penserai. C’est à lui que je pense tous les jours.

[wp_ad_camp_8]

Et s’il n’était question que d’amour ?

Juste un peu d’amour pour sécher des larmes.
Juste un peu d’amour pour rendre un enfant heureux et libre ♡
Juste un peu d’amour pour ne pas voir s’éteindre la lumière dans ses yeux ♡
Juste un peu d’amour pour ce sourire et ce rire.
Juste un peu d’amour aujourd’hui pour demain ♡

*Ce texte n’est pas de moi, mais il est juste magnifique
Merci @Veronique Reine de l’avoir partagé.
Accompagnons cette petite âme. Petite âme du livre La mission de la petite âme editionsatoutcoeur.com
https://www.bledition.org/boutique/divers/la-mission-de-la-petite-ame.html

Page : Positive ta Vie. Liliana Rea. Gratitude Source : http://iamunemaman.blogspot.com/

Livres conseillés, cliquez sur l’image :

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
*
*