Partager sur les réseaux sociaux
Annonce
CITATIONS DE MARC LEVY

LES BELLES CITATIONS DE MARC LEVY :

Vous revoir de Marc Levy :

Je t’ai cherchée partout, même ailleurs. Je t’ai trouvée, où que tu sois, je m’endors dans tes regards. Ta chair était ma chair. De nos moitiés, nous avions inventé des promesses ; ensemble nous étions nos demains.

Je sais désormais que les rêves les plus fous s’écrivent à l’encre du coeur. J’ai vécu là où les souvenirs se forment à deux,à l’abri des regards, dans le secret d’une seule confidence où tu règnes encore… Même sans toi, je ne serai plus jamais seul, puisque tu existes quelque part.



Annonce

Vous revoir de Marc Levy :

 » – Tu l’aimes ?
– Ben ouais , elle est belle.
– C’est tout ?
– Euh… quoi d’autre ?

– Je te demande si tu l’aimes. Je te parle d’amour. Et toi tu me dis qu’elle est belle ? Belle ?! Moi quand je te parle de beauté, je ne te parle pas de son joli petit cul moulé dans un jean Levi’s. Ni de ses lèvres pulpeuses. Ni de ses grand yeux pétillants. Putain. Je ne parle pas de ça. Moi ce que je voulais que tu me dises c’est que tu l’aimes. Que tu aimes tout d’elle. Ses défauts. Les pires. Le goût de ses larmes quand rien ne va plus. L’odeur de ses cheveux quand tu l’embrasses dans le cou. Ses tâches de rousseurs quand l’été pointe le bout de son nez. Et quand j’évoque le mot amour. S’il te plait. Ne l’associe pas au sexe. Parce que tu vois. Savoir combien de fois tu te la tape tous les jours, moi, je m’en fous. Merde.

Il y a des mots pour parler d’elle. Pas des mots en tocs. Pas des mots qui soient faux. Pas l’un de ses mots ringards que tu ais entendu dans un film. Pas comme ça. Parfois il n’y a pas de mots. Juste des regards. Des gestes. Encore des regards. Puis un sourire. Qui dure. Qui dure, parce que tu as ta main posée sur sa peau brûlante. Parce que dans sa poche furtivement tu as as caché un petit gribouillis avec inscrit  » Je t’aime  » quand sa tête était tournée. Parce que les jours passent trop vite quand elle est là et que tu ne veux plus la quitter.

Annonce

Que tu ne peux plus lâcher sa main. Et que tu lui dis que sans elle, chaque minute est inutile. Et en revanche. Parce que tout ne va jamais bien. Que ses yeux brillent. Pleurs. Lors d’une dispute. Qu’elle te lance au visage des mots affreux. Des cris de haine. Alors pardonne-la. Recommence à zéro. Et dis-lui. Cris le. Je t’aime. L’amour c’st ça. Ce n’est pas un jeu. Pas de la merde. C’est dangereux. Tu vois. Moi. C’est ça dont je te parle. « 

Le premier jour de Marc Levy :

Perdre quelqu’un qu’on a aimé est terrible, mais le pire serait de ne pas l’avoir rencontré

Le Voleur d’ombres de Marc Levy :

c’est drolement dangereux de s’attacher à quelqu’un , c’est incroyable ce que ça peut faire mal . rien que la peur de perdre l’autre est douloureuse . sans nouvelles d’elle ; tout s’écroulait autour de moi . c’est moche de guetter un signe de quelqu’un pour se sentir heureux .

Et si c’était vrai… de Marc Levy :

«On ne peut pas tout vivre, alors l’important est de vivre l’essentiel et chacun de nous a “son essentiel”.»

Où es-tu ? de Marc Levy :

Aimer ce n’est pas renoncer à sa liberté, c’est lui donner un sens.

Annonce

Vous revoir de Marc Levy :

(A) – On peut aimer quelqu’un et être célibataire ! Il suffit que le sentiment ne soit pas réciproque, ou que la personne ne soit pas libre.
[…]
(L) – Donc vous n’êtes pas célibataire.
(A) – Pas dans mon coeur.

Toutes ces choses qu’on ne s’est pas dites de Marc Levy :

Tu vois, c’est marrant, on se donne toutes les bonnes raisons de s’interdire d’aimer, par peur de souffrir, d’être abandonné un jour. Et pourtant, qu’est ce qu’on aime la vie alors qu’on sait qu’elle vous quittera un jour.

Le premier jour de Marc Levy :

Il est des journées faites de petits riens, des journées dont on se souvient longtemps, sans que l’on puisse vraiment savoir pourquoi.

Toutes ces choses qu’on ne s’est pas dites de Marc Levy :

On dit que les pensées de deux personnes qui s’aiment finissent toujours par se rencontrer, alors je me demandais souvent en m’endormant le soir s’il t »arrivait de penser à moi quand je pensais à toi […]

Et si c’était vrai… de Marc Levy :

Personne n’est propriétaire du bonheur, on a parfois la chance d’avoir un bail, et d’en être locataire. Il faut être très régulier sur le paiement de ses loyers, on se fait exproprier très vite.

Les enfants de la liberté de Marc Levy :

Un homme peut se résoudre à l’idée de perdre sa vie, mais pas à l’absence de ceux qu’il aime

Annonce

La prochaine fois de Marc Levy :

Il arrive que deux âmes se rencontrent pour n’en former plus qu’une. Elles dépendent alors à jamais l’une de l’autre. Elles sont indissociables et n’auront de cesse de se retrouver, de vie en vie. Si au cours d’une de ces existences terrestres une moitié venait à se dissocier de l’autre, à rompre le serment qui les lie, les deux âmes s’éteindraient aussitôt. L’une ne peut continuer son voyage sans l’autre.

Et si c’était vrai… de Marc Levy :

-Identifier le bonheur quand il est à ses pieds, avoir le courage et la détermination de se baisser pour le prendre dans ses bras… et le garder. C’est l’intelligence du coeur. L’intelligence sans celle du coeur ce n’est que de la logique et ce n’est pas grand chose.

Et si c’était vrai… de Marc Levy :

«Le temps ferme toutes les blessures, même s’il ne nous épargne pas quelques cicatrices.»

Le Voleur d’ombres de Marc Levy :

A écouter mon coeur tambouriner dans ma poitrine, je me suis dit qu’on pouvait peut-être mourir d’un baiser.

Mes amis Mes amours de Marc Levy :

Elle se disait que le mieux serait peut-être de ne plus jamais aimer. Pouvoir tout effacer, oublier les promesses, recracher ce poison au gout de trahison. Combien de jours et de nuits faudrait-il, cette fois encore, pour cicatriser ? Surtout, ne pas penser maintenant aux week-end à venir. Réapprendre à contrôler les battements de son coeur quand on croit voir l’autre au détour d’un carrefour.

Ne pas baisser les yeux parce qu’un couple s’embrasse sur un banc devant vous. Et ne plus jamais attendre que le téléphone sonne. S’empêcher d’imaginer la vie de celui qu’on aime. Par pitié, ne pas le voir lorsqu’on ferme les yeux, ne pas penser à ses journées. Hurler que l’on est en colère, qu’on vous a trompée.

Annonce

Mes amis Mes amours de Marc Levy :

Tu vois, en amitié on ne passe pas devant le maire, alors il n’y a pas vraiment de date anniversaire ; mais ça peut quand même durer toute une vie puisqu’on s’est choisis.

Et si c’était vrai… de Marc Levy :

« Rien n’est impossible, seules les limites de nos esprits définissent certaines choses comme inconcevables. Il faut souvent résoudre plusieurs équations pour admettre un nouveau raisonnement. C’est une question de temps et des limites de nos cerveaux.

Greffer un coeur, faire voler un avion de trois cent cinquante tonnes, marcher sur la Lune a dû demander beaucoup de travail, mais surtout de l’imagination. Alors quand nos savants si savants déclarent impossible de greffer un cerveau, de voyager à la vitesse de la lumière, de cloner un être humain, je me dis que finalement ils n’ont rien appris de leurs propres limites, celles d’envisager que tout est possible et que c’est une question de temps, le temps de comprendre comment c’est possible. »

Où es-tu ? de Marc Levy :

Quand on vit aux cotés des gens on ne se rend pas vraiment compte qu’ils changent, et c’est comme cela qu’on finit par les perdre.

Image crédit : Pixabay Livres conseillés, cliquez sur l’image ( liens affiliés )  :

Annonce

2 commentaires sur “CITATIONS DE MARC LEVY : perdre quelqu’un qu’on a aimé est terrible, mais le pire serait de ne pas l’avoir rencontré”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Accueil » Citations » CITATIONS DE MARC LEVY : perdre quelqu’un qu’on a aimé est terrible, mais le pire serait de ne pas l’avoir rencontré

CITATIONS DE MARC LEVY : perdre quelqu’un qu’on a aimé est terrible, mais le pire serait de ne pas l’avoir rencontré