in

Lettre à mon maître

Partager sur les réseaux sociaux

Ce matin, tu étais déjà debout, tu faisais les bagages. Tu as pris ma laisse.

Que j’étais content ! Une petite promenade avant les vacances !

On est parti en voiture. Tu t’es arrêté au bord de la route, la portière s’est ouverte, tu m’as lancé un bâton… J’ai couru, couru, je l’ai attrapé…

Mais quand je me suis retourné, tu n’étais plus là, pris de panique, j’ai couru dans tous les sens pour retrouver, mais ce fût en vain !

Annonce

De jour en jour, je m’affaiblissais. Un homme s’est approché de moi, m’as mis une laisse et je me suis retrouvé en cage.

C’est là que j’ai attendu ton retour, mais tu n’es jamais venu. la cage s’est ouverte mais ce n’était pas toi. C’était cet homme qui m’avait ramassé. Il m’a conduit dans une pièce qui sentait la mort. Mon heure est venue…

Cher maître, je veux que tu saches que malgré ce que tu m’as fait, c’est ton image qui me revenait avant mon dernier soupir et si je pouvais revenir sur terre, c’est vers toi que je courrais,

car je t’aimais.

Livres conseillés, cliquez sur l’image :

Annonce

Publié par Teddy Tanier

Passionné par les poèmes depuis tout petit j'ai toujours aimé écrire seul dans la nuit quand la journée s'éteint. Car cette atmosphère me transporte et me fait voyager, elle m'inspire et me rassure. On peut encore rêver. J'aime l'art et particulièrement les livres c'est pour cela qu'Inspirant me permet de présenter des auteurs connus et moins connus pour faire partager ma passion et rendre hommage aux grands écrivains ou philosophes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Citations de Henri Loevenbruck : Je l’aimais de plus en plus, à cause de la paix que ça faisait d’être avec lui

En finir avec la souffrance

En finir avec la souffrance d’Eckhart Tolle