Katherine Pancol : Je me suis laissée plonger dans le chagrin, j’ai pas lutté…

Laurence Baïdemir/ octobre 12, 2017

Inspirant.fr 21270867_1424360750966220_600329516723946673_n Katherine Pancol : Je me suis laissée plonger dans le chagrin, j'ai pas lutté...

Je me suis laissée plonger dans le chagrin, j’ai pas lutté…

«Je me suis laissée plonger dans le chagrin, j’ai pas lutté … Et puis, un jour, je me suis dit : tu peux encore sourire, tu peux encore marcher, tu es en bonne santé, tu as toutes tes facultés. Il y a plein de choses à faire, plein de gens à rencontrer, et la joie est revenue. La joie de vivre. C’était inexplicable. J’ai eu à nouveau envie de vivre.»

Katherine Pancol

Il y a des gens dont le regard vous améliore. C’est très rare, mais quand on les rencontre, in ne faut pas les laisser passer.

Les yeux jaunes des crocodiles de Katherine Pancol

Je crois bien que c’est ça le vrai amour : avoir l’impression d’être dans sa vie, pas à côté. Au bon endroit. Ne pas avoir besoin de se forcer, de se tortiller pour plaire à l’autre, rester comme on est.

Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi de Katherine Pancol

J’ai compris que le Bonheur, ce n’est pas de vivre une petite Vie sans embrouilles, sans faire d’erreurs ni bouger. Le Bonheur c’est d’accepter la lutte, l’effort, le doute, et d’avancer, d’avancer en franchissant chaque obstacle.
Les yeux jaunes des crocodiles de Katherine Pancol
Vouloir oublier quelqu’un, c’est y penser tout le temps.
Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi de Katherine Pancol

Voir ses livres cliquez sur l’image :

Inspirant.fr q?_encoding=UTF8&MarketPlace=FR&ASIN=2253121207&ServiceVersion=20070822&ID=AsinImage&WS=1&Format=_SL250_&tag=e0cbf-21 Katherine Pancol : Je me suis laissée plonger dans le chagrin, j'ai pas lutté...  Inspirant.fr ir?t=e0cbf-21&l=am2&o=8&a=2253121207 Katherine Pancol : Je me suis laissée plonger dans le chagrin, j'ai pas lutté...   Inspirant.fr q?_encoding=UTF8&MarketPlace=FR&ASIN=2253161950&ServiceVersion=20070822&ID=AsinImage&WS=1&Format=_SL250_&tag=e0cbf-21 Katherine Pancol : Je me suis laissée plonger dans le chagrin, j'ai pas lutté...  Inspirant.fr ir?t=e0cbf-21&l=am2&o=8&a=2253161950 Katherine Pancol : Je me suis laissée plonger dans le chagrin, j'ai pas lutté...

Inspirant.fr q?_encoding=UTF8&MarketPlace=FR&ASIN=2290020206&ServiceVersion=20070822&ID=AsinImage&WS=1&Format=_SL250_&tag=e0cbf-21 Katherine Pancol : Je me suis laissée plonger dans le chagrin, j'ai pas lutté...  Inspirant.fr ir?t=e0cbf-21&l=am2&o=8&a=2290020206 Katherine Pancol : Je me suis laissée plonger dans le chagrin, j'ai pas lutté...   Inspirant.fr q?_encoding=UTF8&MarketPlace=FR&ASIN=2290101613&ServiceVersion=20070822&ID=AsinImage&WS=1&Format=_SL250_&tag=e0cbf-21 Katherine Pancol : Je me suis laissée plonger dans le chagrin, j'ai pas lutté...  Inspirant.fr ir?t=e0cbf-21&l=am2&o=8&a=2290101613 Katherine Pancol : Je me suis laissée plonger dans le chagrin, j'ai pas lutté...  Inspirant.fr q?_encoding=UTF8&MarketPlace=FR&ASIN=2290133817&ServiceVersion=20070822&ID=AsinImage&WS=1&Format=_SL250_&tag=e0cbf-21 Katherine Pancol : Je me suis laissée plonger dans le chagrin, j'ai pas lutté...  Inspirant.fr ir?t=e0cbf-21&l=am2&o=8&a=2290133817 Katherine Pancol : Je me suis laissée plonger dans le chagrin, j'ai pas lutté...  Inspirant.fr q?_encoding=UTF8&MarketPlace=FR&ASIN=229007196X&ServiceVersion=20070822&ID=AsinImage&WS=1&Format=_SL250_&tag=e0cbf-21 Katherine Pancol : Je me suis laissée plonger dans le chagrin, j'ai pas lutté...  Inspirant.fr ir?t=e0cbf-21&l=am2&o=8&a=229007196X Katherine Pancol : Je me suis laissée plonger dans le chagrin, j'ai pas lutté...

Résumé :

Souvent la vie s’amuse.
Elle nous offre un diamant, caché sous un ticket de métro ou le tombé d’un rideau. Embusqué dans un mot, un regard, un sourire un peu nigaud.
Il faut faire attention aux détails. Ils sèment notre vie de petits cailloux et nous guident.
Les gens brutaux, les gens pressés, ceux qui portent des gants de boxe ou font gicler le gravier, ignorent les détails.
Ils veulent du lourd, de l’imposant, du clinquant, ils ne veulent pas perdre une minute à se baisser pour un sou, une paille, la main d’un homme tremblant.
Mais si on se penche, si on arrête le temps, on découvre des diamants dans une main tendue…
Et la vie n’est plus jamais triste. Ni le samedi, ni le dimanche, ni le lundi…

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
*
*