Jonathan Reed :Un poème qu’il faut lire deux fois

Teddy Tanier/ août 23, 2017

Jonathan Reed
Image crédit pixabay

Jonathan Reed: Un poème qu’il faut lire deux fois

Je fais partie d’une génération perdue
Et je refuse de croire que
Je peux changer ce monde.
Je sais que ça peut être choquant, mais
 » Le bonheur vient de l’intérieur “,
C’est en réalité un mensonge.
” L’argent me rend heureux  »
Et quand j’aurai trente ans, je dirai à mon enfant que
Ce n’est pas le plus important dans ma vie
Mon chef saura que
J’ai mes priorités et
Le travail
C’est plus important que
La famille.
Écoute :
Depuis très longtemps
Les personnes vivent en famille
Mais maintenant
La société ne sera plus jamais comme avant.
Les experts disent que
Dans trente ans, je fêterai le dixième anniversaire de mon divorce.
Je ne pense pas que
Je vivrai dans un pays à création propre.
Dans l’avenir,
La destruction de l’environnement sera normale.
Personne n’espère que
Nous conserverons notre belle planète.
Et, bien sûr,
Ma génération est perdue.
C’est bête de supposer que
L’espoir existe.

Maintenant, lisez le poème du bas vers le haut.

Ce poème se lit dans les deux sens pour symboliser des scénarios tout à fait opposés de l’évolution de l’humanité. À toi de faire le choix.

Auteur Jonathan Reed

Traduction et adaptation Sympa-sympa

Livres conseillés, cliquez sur l’image :

  

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
*
*