Elle parlait, elle parlait avec lui comme s’ils se connaissaient depuis toujours.

Teddy Tanier/ mai 6, 2019

connaissaient depuis toujours

Elle parlait, elle parlait avec lui comme s’ils se connaissaient depuis toujours.

Il écoutait. Il était fort pour ça.

Elle le savait.
Elle pouvait être belle, elle pouvait se cacher derrière un « ça c’est moi », elle pouvait sourire 23 heures par jour, mais quand elle était avec lui, cette heure devenait la plus vraie de la journée.

Elle savait qu’avec lui, elle pouvait être elle-même.
Elle savait que tout ce qu’elle pouvait essayer de cacher, avec lui, était impossible.

Il la comprenait.
Lui, il lisait ses émotions.
Il pouvait discrètement se faufiler dans son âme.
Il lui faisait sortir les mots sans pression.

Elle se sentait vraiment à l’aise avec lui.

Il ne lui avait jamais rien demandé en retour, parce qu’au fond il avait déjà tout ce qu’il voulait.
Cette chose qui le rendait dingue.
Ils marchaient et parlaient, mais ils ne se prenaient jamais par la main.
C’était comme s’ils savaient qu’il n’y avait pas besoin de se tenir par la main.

Il est peu probable que quelqu’un ou quelque chose puisse déstabiliser l’équilibre qu’ils avaient trouvé.
Et c’est ainsi qu’un jour, pendant qu’elle parlait, il s’éloigna un instant, lui a enlevé sa veste et passa derrière elle pour lui recouvrir les épaules.

Elle, prise au dépourvu entre l’embarras et l’incrédulité, demanda la raison de ce geste, en laissant échapper un tendre sourire.
Au fond, il ne faisait pas froid, au contraire le printemps était désormais épanoui.

Il lui a dit que si un jour elle devait parler de lui, ce serait la seule façon de recouvrir les souvenirs d’une telle chaleur, de faire venir des frissons au froid lui-même.

Avec ce geste, il a découvert son cœur et elle l’a aimé encore plus

Cette chose qui le rendait dingue.

Ils marchaient et parlaient, mais ils ne se prenaient jamais par la main.
C’était comme s’ils savaient qu’il n’y avait pas besoin de se tenir par la main.
Il est peu probable que quelqu’un ou quelque chose puisse déstabiliser l’équilibre qu’ils avaient trouvé.

Et c’est ainsi qu’un jour, pendant qu’elle parlait, il s’éloigna un instant, lui a enlevé sa veste et passa derrière elle pour lui recouvrir les épaules.

Elle, prise au dépourvu entre l’embarras et l’incrédulité, demanda la raison de ce geste, en laissant échapper un tendre sourire.
Au fond, il ne faisait pas froid, au contraire le printemps était désormais épanoui.

Il lui a dit que si un jour elle devait parler de lui, ce serait la seule façon de recouvrir les souvenirs d’une telle chaleur, de faire venir des frissons au froid lui-même.

Avec ce geste, il a découvert son cœur et elle l’a aimé encore plus

À fleur des mots Te quiéro muchisimo mi amor José Rodriguez…

Livres conseillés, cliquez sur l’image :

Notez cet article

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
*
*