in

Je demande le silence : “Extravagaria” de Pablo Neruda

Partager sur les réseaux sociaux

Je demande le silence

De la collection de poèmes dans le livre: Extravagaria

(1958)

Littérature chilienne, poésie

Le recueil de poèmes du livre “Extravagaria” du poète chilien, prix Nobel de littérature, Pablo Neruda, marque le moment où il a freiné son engagement «héroïque» politique et civil, il voulut s’investir intimement dans la poésie, avec des thèmes qui n’entrent pas dans sa participation à l’histoire, mais qui font plutôt partie de son vie personnelle et, surtout, de l’amour.

Le recueil de poèmes du livre “Extravagaria” de Pablo Neruda a été publié pour la première fois en 1958.

Annonce

La poésie de Pablo Neruda “Je demande le silence” ( Pido Silencio ) ouvre le recueil de poèmes du livre “Extravagaria”.

Vous trouverez ci-dessous le texte du poème de Pablo Neruda “Je demande le silence”

Pablo Neruda / Je demande le silence / Littérature chilienne, poésie

Je demande le silence.

Qu’on me laisse tranquille à présent.

Qu’on s’habitue sans moi à présent.

Je vais fermer les yeux

Et je ne veux que cinq choses,

cinq racines préférées

L’une est l’amour sans fin.

La seconde est de voir l’automne

Je ne peux être sans que les feuilles

volent et reviennent à la terre

La troisième est le grave hiver

La pluie que j’ai aimé, la caresse

Du feu dans le froid sylvestre

Quatrièmement l’été

rond comme une pastèque

La cinquième chose ce sont tes yeux

ma Mathilde bien aimée

je ne veux pas dormir sans tes yeux

je ne veux pas être sans que tu me regardes

je change le printemps

afin que tu continues à me regarder

Annonce

Ami voilà ce que je veux

C’est presque rien et c’est presque tout

A présent si vous le désirez

partez

J’ai tant vécu qu’un jour vous devrez m’oublier

inéluctablement

vous m’effacerez du tableau

mon coeur n’a pas de fin

Mais parce que je demande le silence

ne croyez pas que je vais mourir :

c’est tout le contraire qui m’arrive

il advint que je vais me vivre

Il advint que je suis et poursuis

Ne serait-ce donc pas qu’en moi poussent des céréales

d’abord les grains qui déchirent la terre

pour voir la lumière

mais la terre mère est obscure

et en moi je suis obscur

Je suis comme un puits

dans les eaux duquel la nuit dépose ses étoiles

et poursuis seul à travers la campagne

Le fait est que j’ai tant vécu

que je veux vivre encore autant

je ne me suis jamais senti si vibrant

je n’ai jamais eu tant de baisers

A présent comme toujours il est tôt

La lumière vole avec ses abeilles

laissez-moi seul avec le jour

Je demande la permission de naître.

..

.

Pablo Neruda – Je demande le silence

De la collection de poèmes dans le livre:

Extravagaria (1958) Littérature chilienne, poésie texte intégral, traduction en français

Livres conseillés cliquez sur l’image ( liens affiliés) Image Pixabay

Publié par Teddy Tanier

Passionné par les poèmes depuis tout petit j'ai toujours aimé écrire seul dans la nuit quand la journée s'éteint. Car cette atmosphère me transporte et me fait voyager, elle m'inspire et me rassure. On peut encore rêver. J'aime l'art et particulièrement les livres c'est pour cela qu'Inspirant me permet de présenter des auteurs connus et moins connus pour faire partager ma passion et rendre hommage aux grands écrivains ou philosophes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tu en trouveras des plus jolies des plus gentille

Tu es célibataire et tu manques de compagnie !