in

Je t’aime ça ne veut pas dire: vivons ensemble 78 ans

Partager sur les réseaux sociaux
vivons ensemble
Annonce

« Je t’aime ça ne veut pas dire: vivons ensemble 78 ans, ayons des enfants, un chien, portons une alliance, dormons dans le même lit pour l’éternité, et tu n’as pas droit de rien faire sans me le demander. Je t’aime veut dire: là, tu es la personne qui me fait du bien. »

Solange te parle…

2 ème extrait :

Quand j’ai commencé à imaginer que je serais actrice, je me suis spontanément mise à parler autrement que dans la vraie vie. Parce que je savais que je ne pourrais pas reproduire le « vrai », le réel, et que ça ne m’intéressait pas. Alors, autant accentuer l’artificialité. J’ai dû entendre des gens le faire. Quand quelqu’un me raconte une histoire ou incarne un personnage d’une manière dite artificielle, je suis très très séduite. Parce que cette personne me dit (ici, il faut m’imaginer faire un clin d’oeil) : « Entre toi et moi, on sait que c’est faux ». Et ça, je crois que c’est le plus grand réconfort du monde. Parce que, pour moi, cela veut dire : entre toi et moi, cette vie n’est pas sérieuse.

Dans : « Pourquoi tu parles bizarre ? »

Annonce

3 ème extrait :

Bobo… J’ai un problème avec le mot parce que c’est tout le temps négatif. Personne aujourd’hui n’oserait se revendiquer bobo, c’est devenu synonyme de nuisible. Tu remplaces bobo par musulman, black, juif, gros … et là, d’un coup c’est moins facile de s’en prendre à lui. Bobo c’est tout et n’importe quoi. Bobo ça t’arrange que ce soit flou. Bobo, c’est ton bouc émissaire préféré. Bobo tu peux le définir ? Bobo, c’est une caricature. Oui, j’ai envie d’être chic et sale. Oui, j’ai envie d’harmonie universelle. Oui, j’aime ma solitude. Oui, j’apprécie le confort, mais oui, j’aime aller voir des spectacles et des expos auxquels je ne comprends rien : ça m’élève.

Cliquez sur l’image pour voir le livre ( lien affiliés ):


Résumé :

«Solange te parle», ce sont les choses de la vie et c’est addictif. De l’art d’accueillir une bonne nouvelle à la nécessité de savoir dire « Je t’aime », d’un éloge hilarant du pénis à une réflexion sur la société narcissique, Solange, fausse neurasthénique et vraie timide, mi-ingénue mi-démon, parle du droit à la différence, du corps et du désir, de l’inadaptation, de la pornographie, de la solitude, de la génération des «digital natives».

C’est très drôle, insolent, et ça pousse à penser. Sur YouTube, ses vidéos ont été vues plus de vingt-cinq millions de fois.

Annonce

Publié par Laurence Baïdemir

Je suis toujours restée aussi passionnée par la lecture, et j'ai alors décidé de créer le site Inspirant en janvier 2017, afin d'inspirer les autres avec des œuvres très connues et d'autres qui méritent pleinement de l'être. J'espère que vous éprouverez le même plaisir que moi en les lisant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On ne se fatigue pas de quelqu'un, vous savez, en fait, on se fatigue d'aimer.

On ne se fatigue pas de quelqu’un, vous savez, en fait, on se fatigue d’aimer.

Selon les neurosciences ces 4 rituels qui vous rendront plus heureux