La solitude n’est pas une fin en soi, et c’est souvent un passage nécessaire

Laurence Baïdemir/ août 28, 2018


Image crédit : depositphotos.com/

La solitude n’est pas une fin en soi, et c’est souvent un passage nécessaire

pour arriver à trouver ceux avec qui nous serons en parfaite harmonie.*

« (…) Vous êtes seul, absolument seul. Cela, comprenez-le très clairement. Avec la conscience naît la solitude. Plus votre conscience s’élargit, plus le sentiment de solitude augmente. N’essayez pas de fuir ce fait en vous tournant vers la société, les amis, les associations, la foule. Ne le fuyez pas ! La solitude est un phénomène significatif : tout le phénomène d’évolution converge vers elle. Votre conscience s’est tellement élargie, qu’elle vous révèle le fait de votre solitude. C’est d’ailleurs par elle que vous atteindrez l’illumination.

Solitude ne veut pas dire isolement. Le sentiment d’isolement vient quand on essaie de fuir la solitude, quand on n’est pas disposé à l’accepter. Si vous cherchez à vous dérober au fait de la solitude, il vous vient une impression d’isolement. Alors vous vous tournez vers la foule ou vers quelque moyen d’intoxication qui vous fera oublier votre sentiment. L’isolement créera ses propres moyens magiques aboutissant à l’oubli.

Si vous parvenez à rester seul, absolument seul, ne fût-ce qu’un seul instant, l’ego mourra, le moi mourra. Vous explosez, vous n’êtes plus. L’ego n’existe pas en soi ; il est toujours en relation avec quelqu’un. Chaque fois que vous êtes seul, un miracle se produit : l’ego s’amenuise. Donc, si vous avez le courage de rester seul, graduellement, l’ego se dissoudra. Il ne pourra plus exister très longtemps.

La solitude ébranle l’ego. Il n’a plus rien avec quoi être en relation, et de ce fait ne peut exister. par conséquent, si vous êtes prêt à accepter la solitude, sans la moindre hésitation – sans volonté de fuite ou de retour en arrière – si vous acceptez le fait de votre solitude en tant que tel, il devient une occasion extraordinaire. Vous êtes comparable à une graine, laquelle renferme tant de potentialités. mais rappelez-vous que la graine doit éclater, en sorte que la plante puisse croître. L’ego est pareil à une graine, une potentialité. Quand il se brise, le Divin naît en vous. Le Divin n’est ni moi ni toi; il est un. Et c’est la solitude qui vous conduit à cette unité.

(…) La foule n’est qu’un substitut du sentiment de solitude. Ceux qui comprennent cela, qui sont conscients de leur responsabilité en tant qu’êtres humains, conscients de la tâche difficile, ardue qui attend l’humanité, ne choisissent pas les substituts. Ils vivent avec les faits tels qu’ils sont, ne créent pas de fiction. Les idéologies religieuses et politiques ne sont que des fictions qui suscitent un sentiment illusoire d’unité.

L’unité n’existe que si vous êtes sans ego, et l’ego ne peut mourir que s’il y a solitude complète. Quand vous êtes complètement seul, vous n’êtes plus. L’instant de solitude vous fait exploser. Vous vous répandez dans l’infini. Voilà ce qu’il faut entendre par évolution ; ce n’est rien d’autre. Si je lui ai donné le nom de révolution, c’est parce que son processus n’est pas inconscient. Vous pouvez être sans ego ou rester avec votre ego. C’est à vous de choisir.

Osho

Livres conseillés, cliquez sur l’image :

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
*
*